Intervention de Julien Aubert

Séance en hémicycle du mercredi 26 février 2020 à 15h00
Système universel de retraite — Article 2

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJulien Aubert :

Je souhaiterais que toutes ces perspectives, qui sont intéressantes et dont nous pouvons débattre, notamment l'entrée en vigueur de la réforme, soient subordonnées à une promesse quant à la valeur du point. La réforme entrera en vigueur en 2022 pour la génération de 2004, et en 2025 pour les autres. Se seront donc écoulées trois années pendant lesquelles le système dont nous débattons ici aura fonctionné et où nous aurons vu comment les choses évoluent.

Or nous ne disposons pas tous des mêmes informations quant à la manière dont évoluera le point. J'aurais donc souhaité qu'on ne bascule pas les générations antérieures à 2004 dans le système en 2025 si, dans l'intervalle – entre 2022 et 2025 par exemple – , la valeur du point a baissé, ou a moins progressé que l'inflation. En effet, même si l'on m'assure que le point sera indexé sur un indicateur qui va être créé, et qu'il y a une règle d'or, je n'ai pas encore compris le partage de responsabilités entre les partenaires sociaux et le Parlement quant à l'application de la règle censée encadrer l'évolution du point.

Je propose donc, pour compléter les amendements qui viennent d'être défendus, un sous-amendement permettant d'introduire une clause de sécurité, afin d'éviter de basculer complètement dans le nouveau système avant de disposer de quelques assurances quant à l'évolution du niveau des pensions qui seront ainsi calculées.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion