Intervention de Sébastien Jumel

Séance en hémicycle du mardi 3 mars 2020 à 22h15
Motions de censure — Explications de vote (motion de censure de m. damien abad)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaSébastien Jumel :

Après l'électrochoc social et territorial du mouvement des gilets jaunes, symbole d'une République fractionnée, de territoires oubliés et d'habitants qui n'en peuvent plus d'être humiliés, le grand débat national lancé à Grand Bourgtheroulde nous promettait une nouvelle phase du quinquennat, fondée sur un changement de méthode : écoute, dialogue, proximité. Comme si le président des riches avait subitement pris conscience que l'urgence était désormais de réconcilier la France avec elle-même.

À la fin de l'été 2019, Emmanuel Macron n'avait-il pas promis, au journal télévisé de France 2, un grand débat sur le régime universel de retraite ? Il disait : « Je veux qu'on incarne le changement de méthode que j'ai souhaité, c'est-à-dire qu'on va la construire tous ensemble, cette réforme ». Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'avec le recours brutal, isolé et inopportun au 49. 3, l'échec du Président de la République et de sa majorité est sans appel.

Comment pouvait-il en être autrement puisque, dès le début, les règles du jeu préétablies et les conclusions prérédigées du rapport Delevoye sont venues déséquilibrer le dialogue social, dont l'échec de la conférence de financement vient aujourd'hui de sonner le glas ? Comment pouvait-il en être autrement avec un pouvoir qui dit aux corps constitués, dans une forme de mépris : « Ne vous occupez de rien, je m'occupe du reste » ? Autrement dit, vous voulez parler retraite sans associer les organisations syndicales…

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion