Intervention de Pierre Dharréville

Séance en hémicycle du mardi 3 mars 2020 à 22h15
Motions de censure — Explications de vote (motion de censure de m. andré chassaigne m. jean-luc mélenchon et mme valérie rabault)

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

… la cavale n'a que trop duré. Il faut vous rendre, maintenant – vous rendre à l'évidence. Nous en sommes là avec cette motion de censure : ouvrir les yeux, mesurer la gravité du moment, réaliser la violence de ce qui est à l'oeuvre.

Dès le départ, cette réforme a provoqué l'inquiétude, la colère et le rejet. Massifs. C'est l'histoire d'un cube qu'on voudrait faire rentrer dans un cercle, c'est l'histoire d'une poule qu'on voudrait faire voler, c'est l'histoire d'une vieille charrette sur un chemin de garrigue, c'est l'histoire d'un fiasco retentissant.

Derrière votre conte merveilleux, chaque étape a été un échec, chaque étape a été tronquée, à chaque étape vous avez trébuché : depuis la discussion avec les partenaires sociaux jusqu'à l'examen en séance de l'Assemblée nationale, en passant par le Conseil d'État et la commission spéciale. Depuis le début, c'est l'histoire d'un passage en force. Depuis le début, le Gouvernement a fait la sourde oreille. Face à un formidable mouvement social, il a attendu la fin de l'orage, en se disant que ce n'était qu'un mauvais moment à passer. Et, tout mouillé, depuis des mois maintenant, il regarde ailleurs.

Mais comment imaginer qu'une réforme d'une telle ampleur puisse être adoptée dans ces conditions ? Le Gouvernement n'est pas la victime, dans cette affaire : il est l'agresseur, l'auteur d'une agression sociale caractérisée. Cette réforme qui nous est présentée sous le jour de l'universalité et de la justice, chacune et chacun a compris qu'elle n'en avait au mieux que les apparences.

Le droit à la retraite est un bien précieux, durement acquis, et une question sensible. À chaque fois qu'il a été abîmé, il a été vigoureusement défendu. Cette motion de censure défend le droit à la retraite,

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion