Intervention de Pierre Dharréville

Séance en hémicycle du jeudi 14 mai 2020 à 15h00
Diverses dispositions liées à la crise sanitaire à d'autres mesures urgentes ainsi qu'au retrait du royaume-uni de l'union européenne — Article 1er

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

Nous sommes effectivement entrés dans une phase où nombre d'activités reprennent. On ne comprend donc pas que le Gouvernement veuille s'affranchir de consultations d'autant plus nécessaires que le déconfinement doit être notre affaire à tous, comme aurait d'ailleurs dû l'être le confinement. En s'y soumettant, il se donnerait toutes les chances d'agir de la bonne façon, en prenant en compte la diversité des problèmes.

Il me semble d'ailleurs, pour être un peu taquin, que ce n'est pas la première fois qu'il se dispense de certaines consultations. Quand il a rédigé le projet de loi sur les retraites, de nombreux organismes se sont plaints de ne pas avoir été consultés dans les règles, ce qui aurait été nécessaire. Vous dites préférer la concertation, c'est-à-dire que vous assaisonnez les plats à votre sauce : vous parlez, chacun donne son avis, après quoi vous prétendez que la discussion a eu lieu. En l'espèce, des règles sont établies. Il faut consulter des organismes aptes à émettre des avis autorisés et qui, eux-mêmes, admettent d'ailleurs en leur sein des dispositifs de discussion. C'est essentiel.

Le Gouvernement s'affranchit déjà de la délibération parlementaire en instaurant une démocratie expéditive. Et voilà qu'il veut aussi s'affranchir de la démocratie sociale. Dans ces conditions, nous ne pouvons nous contenter de ce qu'il prétende faire preuve de bonne volonté en consentant à certaines discussions. Il existe des procédures : respectons-les.

1 commentaire :

Le 21/05/2020 à 16:51, conservateur6 a dit :

Avatar par défaut

Cela fait trois ans que le Gouvernement souhaite tout faire seul.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion