⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Valérie Rabault

Séance en hémicycle du mercredi 15 juillet 2020 à 15h00
Déclaration de politique générale du gouvernement débat et vote sur cette déclaration

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaValérie Rabault :

Monsieur le Premier ministre, vous partagez aujourd'hui avec le Président de la République la responsabilité, non pas de nous faire vivoter mais de nous permettre de vivre, c'est-à-dire de permettre à chacune et chacun d'assurer son quotidien et d'avoir des perspectives. Une crise comme celle du coronavirus ferme brutalement les perspectives. Tout d'un coup on est confronté à un écran noir. C'est brutal, c'est douloureux, c'est injuste. Une crise comme celle du coronavirus a eu en plus comme conséquence pour nombre de nos concitoyens qu'ils se demandent comment ils vont pouvoir continuer à se nourrir et à nourrir leurs enfants.

Surmonter cette crise ne peut se faire dans l'immobilisme, en colmatant les brèches ; cela nécessite de faire franchir un cap à notre modèle. Il est d'ailleurs intéressant de constater que certains de nos partenaires européens se sont positionnés dans cette dynamique. Ainsi, l'Espagne vient de mettre en oeuvre, en moins d'un mois, un revenu de base. En proposant un « Konjunkturpaket », un paquet de conjoncture de 130 milliards d'euros, l'Allemagne a opéré une mue doctrinale impensable il y a encore quelques mois, faisant de la relance de la demande intérieure l'axe n° 1 de sa politique économique, contrairement à tout ce qu'elle fait depuis cinquante ans.

Et nous ? Rien du tout. Le Président de la République se contente de changer de Premier ministre, mais dans le fond pour continuer tout comme avant.

Monsieur le Premier ministre, soit vous continuez comme avant et notre pays ne se relèvera pas, soit vous acceptez de franchir un cap. Nous vous avons proposé un plan de rebond de quarante-cinq propositions pour résoudre les trois urgences précitées.

Oui ou non, monsieur le Premier ministre, accepterez-vous enfin de créer la prime climat proposée par mes collègues Bricout, Vallaud et l'ensemble des députés du groupe Socialistes et apparentés ?

1 commentaire :

Le 27/07/2020 à 19:15, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Oui, mais après le vote de la loi bioéthique bien sûr...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion