⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Christophe Lagarde

Séance en hémicycle du mercredi 15 juillet 2020 à 15h00
Déclaration de politique générale du gouvernement débat et vote sur cette déclaration

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Christophe Lagarde :

Nous proposons ainsi qu'un plan français et un plan européen – j'ai eu l'occasion de défendre cette idée l'an dernier – permettent de fibrer jusqu'à la dernière ferme de France. Cela présenterait plusieurs avantages. Tout d'abord, ce serait créateur d'emplois non délocalisables. Surtout, la numérisation de l'intégralité de l'économie de notre pays améliorerait la résilience – on l'a vu dans la période que nous venons de traverser – et de booster l'aménagement du territoire. Cette planification pourrait même être conjuguée avec une fiscalité modulée qui permettrait à des entreprises de se délocaliser à l'intérieur de notre pays, depuis les grandes métropoles vers des territoires plus vivables et plus agréables.

Nous avons besoin d'autres efforts européens, en particulier de l'instauration d'une taxe carbone à nos frontières. L'Europe est en train d'accepter pour la première fois une mutualisation des dépenses d'emprunt – et il est exact que la France a joué un grand rôle en la matière. Mais il faut qu'elle accepte aussi une mutualisation des recettes et que ces recettes ne soient pas exclusivement des contributions nationales. Or c'est par la taxe carbone que nous pouvons y parvenir, chers collègues, car nous ferions ainsi payer ceux qui produisent loin de chez nous les produits que nous consommons, tout en alimentant le budget européen.

Par ailleurs, il convient de réformer les marchés publics pour permettre aux collectivités locales et à l'État d'être plus agiles dans leurs commandes en tenant compte de l'éloignement – parfois excessif – , du coût environnemental ou du coût social. Si vous ne le faites pas, monsieur le Premier ministre, les collectivités désireuses de favoriser l'emploi local et la production agricole locale ne pourront le faire sans s'exposer aux foudres de la justice.

Enfin, il ne faut pas sombrer dans l'incohérence en proposant une grande politique en faveur de la propulsion à hydrogène – j'y suis moi aussi favorable, car cela permettra de décarboner nos déplacements en avion, en bateau, en train, en voiture, en bus – tout en se réjouissant de la fermeture de centrales nucléaires. Contrairement à ce qu'affirme un mythe écologiste en train de se répandre, si nous fermons les centrales, l'électricité nécessaire à la production d'hydrogène proviendra du charbon et du pétrole, et il ne pourra y avoir, dès lors, de plan hydrogène – même le GIEC, le groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, le reconnaît très clairement.

1 commentaire :

Le 28/07/2020 à 02:02, conservateur6 a dit :

Avatar par défaut

L'écologie du Gouvernement, c'est l'écologie punitive.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion