⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Frédérique Vidal

Séance en hémicycle du vendredi 31 juillet 2020 à 9h00
Bioéthique — Article 10

Frédérique Vidal, ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation :

Les moyens des laboratoires de recherche, le temps et l'intelligence des chercheurs doivent être consacrés à comprendre les phénomènes génétiques, afin de lutter contre certaines pathologies.

Si des personnes souffrent parce qu'elles ne connaissent pas leur identité biologique, cela entre tout à fait dans le cadre de la pratique médicale, et il faut que les tests génétiques soient très encadrés. Il n'est pas besoin, pour cela, d'autoriser des sociétés à faire du séquençage haut débit, d'autant que le nombre d'erreurs par séquence reste très élevé.

Enfin, puisque nous parlons d'une loi de bioéthique, les arguments économiques ne me paraissent pas tout à fait pertinents. Ce qui importe, c'est que nous progressions dans notre compréhension du génome – nous sommes encore très loin du but – et que nous continuions d'accompagner de manière médicale et très encadrée toute personne qui en aurait besoin pour des raisons médicales, physiologiques ou psychologiques. Ne donnons pas de faux espoirs en laissant entendre que, parce que l'on autorise une pratique, on pourra mieux l'encadrer. Ce n'est pas le cas, car nous serons alors incapables de vérifier la pertinence des données restituées.

Pour conclure avec une pointe d'humour, je ferai remarquer que, si tout ce qui était fait par plus de 100 000 personnes devenait légal, nous aurions quelques problèmes de société.

2 commentaires :

Le 16/08/2020 à 08:37, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Il paraît qu'il y a 3,9 millions de consommateurs irréguliers de haschich en France... Et que dire des doubles menus religieux pratiqués en toute décontraction dans les cantines publiques et laïques, alors que la loi interdit les discriminations religieuses ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 16/08/2020 à 08:46, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

De manière pas si décontractée que ça d'ailleurs dans certaines écoles , où une pression psychologique est exercée sur le personnel récalcitrant à bafouer les valeurs fondamentales de la République, et à faire un tri entre les enfants en raison de leur pratique cultuelle réelle ou supposée.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion