⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Muriel Ressiguier

Séance en hémicycle du mardi 6 octobre 2020 à 15h00
Encadrement de l'image des enfants sur les plateformes en ligne — Article 3

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMuriel Ressiguier :

Je pense à la fois à l'enfant sujet de la vidéo et à l'enfant qui la regarde. La publicité a un effet nocif, hélas, sur l'un comme sur l'autre. Vous savez ce que je pense des chartes, monsieur le rapporteur : elles ne sont pas assez coercitives ; vous n'avez pas réussi à me convaincre à ce sujet, et réciproquement.

Je souhaite que nous poursuivions la discussion. Comme souvent, on s'attache à un cas particulier, en l'espèce celui des pratiques dans le sport amateur. Nous pourrions réfléchir ensemble à des exceptions à l'interdiction.

En tout cas, nous sommes d'accord, je crois, sur le fait que la publicité est nocive et représente un danger psychologique pour les enfants, outre qu'ils y sont utilisés à des fins commerciales. Peut-être voterez-vous, dès lors, notre amendement de repli ?

1 commentaire :

Le 12/10/2020 à 14:07, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Des publicités peuvent être utilisées pour faire du prosélytisme religieux. Par exemple, pour le cas d'une publicité pour une nourriture hallal, avec hallal écrit en gros sur l'affiche : des enfants qui la voient peuvent croire que c'est de la publicité pour l'islam. Ainsi une de mes filles s'indignait récemment qu'une telle publicité soit juste à côté d'une aumônerie catholique... (pour moi je n'avais même pas vu l'affiche avant qu'elle ne m'en parle).

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion