⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Muriel Ressiguier

Séance en hémicycle du mardi 6 octobre 2020 à 15h00
Encadrement de l'image des enfants sur les plateformes en ligne — Article 4

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMuriel Ressiguier :

Il s'agit d'un amendement de repli, qui vise à ce que les contenus vidéo comportant un placement de produit soient identifiés par un signe visuel distinctif.

Le projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l'ère numérique prévoyait d'ailleurs de remédier au problème : son article 52 précisait que les fournisseurs de plateformes de partage de vidéos « informent clairement les utilisateurs de l'existence de ces communications commerciales au sein des programmes et des vidéos créées par les utilisateurs ».

Il est indispensable de permettre la distinction entre ce qui relève du divertissement et ce qui relève du contenu publicitaire et marchand. Nous l'avons rappelé à plusieurs reprises, l'enfant ne différencie pas, de manière innée, le réel du virtuel. Selon l'association Résistance à l'agression publicitaire, les jeunes enfants ne sont pas équipés pour comprendre l'intention persuasive de la publicité. D'ailleurs, tout est fait pour qu'ils ne puissent pas faire la distinction, les personnages du dessin animé se retrouvant dans la publicité.

L'apparition d'un signe distinctif identique à celui qui est imposé dans les programmes télévisés permettrait au moins de clarifier l'intention publicitaire du message.

1 commentaire :

Le 12/10/2020 à 14:18, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

L'enfant, tout dépend jusqu'à quel âge vous comprenez l'enfance.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion