⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Aurore Bergé

Séance en hémicycle du jeudi 8 octobre 2020 à 22h00
Conditions de vie des animaux — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAurore Bergé :

C'est avec beaucoup de fierté que nous examinons le texte qui nous est soumis. Nous sommes très nombreux à avoir espéré son examen, car nous connaissons les attentes de nos concitoyens et des nombreuses associations qui s'engagent depuis des dizaines d'années sur la question de la lutte contre la maltraitance – pour la bientraitance – des animaux. Vous l'avez dit, madame la secrétaire d'État, notre rapport aux animaux a changé. Cela ne veut pas dire que nous changeons complètement de paradigme, mais qu'il est certaines pratiques auxquelles nous estimons qu'il faut mettre fin, aujourd'hui et maintenant, par un vote dans l'hémicycle.

Nous vivons une journée particulière, puisque nous avons déjà débattu, ce matin et cet après-midi, d'un sujet essentiel pour les droits des femmes. Il est vrai que nous passons d'un thème à l'autre, conformément aux règles qui régissent le fonctionnement de l'Assemblée : c'est le lot des journées de niche parlementaire. Cela ne signifie pas, pour autant, que la question que nous examinons ce soir dans un délai réduit à deux heures est accessoire, tant est grande la mobilisation citoyenne qui s'exprime sur ces sujets – une mobilisation nécessaire, utile et pertinente.

Nous allons enfin mettre fin à la détention de la faune sauvage dans des cirques itinérants et à la commercialisation et à l'élevage d'animaux utilisés uniquement pour leur fourrure, en particulier les visons. Mais, vous le savez, madame la secrétaire d'État, les membres du groupe La République en marche veulent aller plus loin pour protéger les animaux de compagnie et réglementer leur commercialisation, car nous considérons qu'ils ne sont pas des jouets susceptibles de faire l'objet d'achats compulsifs. Nous souhaitons progresser, avec les filières, dans le domaine de l'élevage. Nous voulons le faire dans le cadre d'un débat apaisé, car notre société est déjà suffisamment fracturée et morcelée.

1 commentaire :

Le 12/10/2020 à 10:35, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Vous allez priver les enfants de spectacles intéressants dans les cirques. Vous allez amuser les enfants avec les seules Playstations, et ensuite vous allez vous plaindre qu'ils sont coupés de la réalité ?

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion