⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Philippe Meyer

Séance en hémicycle du mardi 20 octobre 2020 à 15h00
Questions au gouvernement — Liberté d'enseigner

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPhilippe Meyer :

Monsieur le ministre de l'éducation nationale, de la jeunesse et des sports, la représentation nationale a été profondément choquée, comme tous les Français, par le meurtre atroce et sauvage de Samuel Paty. Nous l'avons largement exprimé cet après-midi.

Plusieurs députés siégeant sur différents bancs de cet hémicycle sont enseignants de profession ; quelques-uns sont professeurs d'histoire-géographie et d'enseignement moral et civique. Pour ma part, j'enseignais encore il y a quelques semaines.

Nous pouvons enseigner sans difficulté et sans susciter de réactions et de remous l'histoire des croisades, de la colonisation, de l'esclavage, ou de la guerre d'Algérie, qui sont pourtant des événements douloureux de notre histoire. Il en va tout autrement du récit des génocides juif et arménien, de l'islamisme radical et de la liberté d'expression, pilier de la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen. Ces sujets figurent dans nos programmes, doivent éveiller la conscience citoyenne de nos élèves, leur faire comprendre la chance qui est la leur de vivre dans notre démocratie, qui porte des valeurs et respecte les croyances de chacun.

Les enseignants ne doivent pas se livrer à une forme d'autocensure sur ces faits historiques par peur de réactions hostiles d'élèves, de parents ou d'autorités religieuses locales.

3 commentaires :

Le 27/10/2020 à 08:47, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Quand j'étais élève je n'ai jamais appris au primaire où au secondaire l'histoire de la colonisation française, le sujet était déjà tabou, et cela remonte à déjà loin dans le temps.Je devais tout apprendre par moi-même. Comment donner aux élèves français la fierté d'être français si l'histoire de la colonisation française est passée sous silence ?

En revanche, l'histoire de la décolonisation était abondamment traitée, dans une asymétrie évidente et politiquement orientée.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 27/10/2020 à 08:53, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Ma fille qui est en 4ème n'a jamais entendu parler d'Auschwitz ni des camps de la mort. Je les lui ai énumérés de mémoire, Treblinka, Maidanek, Sobibor, etc..., de quoi il s'agissait, mais non cela ne lui disait rien.

Entre ne pas enseigner Auschwitz et dire que les camps n'ont jamais existé, la différence est faible.

Un effort doit aussi être fait sur le génocide arménien.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 27/10/2020 à 12:33, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Il ne peut pas y avoir d'un côté une partie des élèves fiers de la colonisation française, et de l'autre une partie qui la rejette et la diabolise, alors qu'ils doivent leur présence en France et leur connaissance de la langue française du fait de cette colonisation. Il est important d'apprendre l'histoire de la colonisation française dès le primaire.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion