⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Jean-Carles Grelier

Séance en hémicycle du mardi 24 novembre 2020 à 15h00
Questions au gouvernement — Prise en charge de la santé mentale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Carles Grelier :

Monsieur le Premier ministre, vous semblez avoir découvert ces derniers jours, au détour d'une étude de Santé publique France, la réalité et la gravité de la situation de millions de nos compatriotes cruellement touchés par la maladie mentale. Vous les découvrez alors que, depuis des mois, des professionnels de santé parmi les plus éminents tentent d'appeler votre attention sur ce drame national. Vous le découvrez alors que, depuis des mois, des parlementaires dont je suis consignent la gravité de la situation dans des tribunes, des rapports ou des propositions de loi.

Les chiffres sont glaçants : 73 % des étudiants déclarent avoir été affectés au niveau psychologique, affectif ou physique par les effets du premier confinement, et 33 % des jeunes déclarent avoir eu des idées suicidaires. Comment passer sous silence et ne pas saluer la mémoire de ces milliers de personnes âgées qui, pendant puis depuis le premier confinement, se sont laissées glisser sous le poids de la tristesse, de l'isolement et de la solitude ?

Les universités de Nîmes et d'Aix-Marseille ont mené une enquête recueillant plus de 3 700 témoignages d'individus âgés de 18 à 87 ans, et les résultats sont sidérants : 78 % des personnes interrogées présentent les signes d'un syndrome dépressif léger à modéré.

Lors du Ségur de la santé, où l'on n'a pas été avare de moyens, pas un centime n'a été consacré à la santé mentale – juste l'indication d'une feuille de route pour la bonne conscience. Dans le budget de la sécurité sociale en cours d'examen, pas un centime n'est consacré à la santé mentale

1 commentaire :

Le 01/12/2020 à 10:20, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

" juste l'indication d'une feuille de route pour la bonne conscience."

La bonne conscience fait partie intégrante de la bonne santé mentale du gouvernement...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion