⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Benoit Simian

Séance en hémicycle du mardi 24 novembre 2020 à 21h00
Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 — Article 25 a

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBenoit Simian :

Il est défendu, mais je saisis l'occasion qui m'est donnée pour saluer les petits pas que nous avons franchis. La politique est grande lorsqu'elle écoute les petits. Je me réjouis donc, au nom du groupe Libertés et territoires, de l'avancée annoncée par Brigitte Bourguignon ainsi que des sous-amendements présentés par Monique Iborra.

Néanmoins, il est vrai que des disparités sont constatées ici ou là. En Médoc, le secteur de l'aide à domicile – et non la viticulture – constitue le premier employeur, avec 1 300 travailleurs de l'ombre. Mme Fiat a raison de souligner les problèmes qui se posent sur les indemnités kilométriques et la valorisation de ces métiers, mais, au-delà, il me semble nécessaire de revoir toute l'architecture du secteur. Moi qui suis pourtant décentralisateur, j'estime que, sur cette question, l'État doit jouer son rôle pour garantir plus d'égalité et que nous devrions probablement adopter une vision déconcentrée de ces métiers. Par exemple, en Charente-Maritime, le département de Dominique Bussereau, les salariés sont gérés par le département, tandis qu'en Gironde, nous appliquons une gestion associative.

Il est urgent, en effet, de mener une négociation fine, au plus près du terrain, en harmonisant les taux horaires d'un département à l'autre, parce que les disparités actuelles sont insupportables.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion