⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean Lassalle

Séance en hémicycle du mardi 24 novembre 2020 à 21h00
Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2021 — Article 31

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean Lassalle :

Il est des moments où on se demande s'il ne faut pas se pincer, lorsqu'on regarde ce qui nous est proposé. Bien entendu, chers collègues, je voterai votre amendement de suppression, même si nous ne faisons pas partie du même groupe. Qui aurait imaginé que la France en arriverait là, c'est-à-dire à être obligée de réquisitionner des lits non médicalisés pour accueillir des malades ?

Nous sommes quelques-uns ici, depuis très longtemps, à avoir appelé l'attention de presque tous les gouvernements sur le fait que l'hôpital était en très grand danger – si on ne le fait pas dans ces cas-là, alors quand le fera-t-on ? Dans ma circonscription, le centre hospitalier d'Oloron-Sainte-Marie fonctionne, mais l'ARS a décidé de lui couper les vivres.

Comment aurait-on pu imaginer cela ? S'il y a une leçon à tirer de ce malheureux covid-19 – je ne sais pas quand nous en serons débarrassés – , c'est que, si nous voulons nous respecter un tant soit peu, finir nos jours à peu près comme nous le méritons et préparer l'avenir pour nos enfants, il faut reprendre une politique hospitalière digne de ce nom. Je n'avais jamais vu ça et je n'aurais jamais cru voir un jour une telle proposition d'article.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion