⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Bruno le Maire

Séance en hémicycle du lundi 14 décembre 2020 à 16h00
Projet de loi de finances pour 2021 — Présentation

Bruno le Maire, ministre de l'économie, des finances et de la relance :

Je constate d'ailleurs que les résultats sont là et que nos premières décisions en faveur de la relance donnent des résultats efficaces. Où en serions-nous en matière d'emploi des jeunes et d'apprentissage si vous n'aviez pas décidé – mon « vous » s'adresse à un ensemble de députés bien plus large que ceux de la majorité – de voter les crédits pour l'emploi des jeunes ? Où en serions-nous sans prime pour l'embauche en CDI des jeunes jusqu'à 26 ans ? Où en serions-nous, en matière d'apprentissage, sans la prime pour l'embauche d'un apprenti, de 8 000 euros quand il a plus de 18 ans, et de 5 000 euros quand il est plus jeune ? Les chiffres ne seraient certainement pas ceux que nous avons réussi à atteindre : en 2020, en pleine crise, autant d'apprentis ont été recrutés qu'en 2019. Ce succès vous doit tout, puisque c'est vous, sur ces bancs, qui avez voté ces crédits supplémentaires pour les jeunes.

La relocalisation industrielle constitue un deuxième exemple du succès de la politique de relance : 600 projets ont déjà été sélectionnés, avec des emplois à la clé ; l'activité industrielle se développe, par exemple dans l'industrie chimique avec Seqens, dans l'industrie agroalimentaire chez Lesaffre, dans les Hauts-de-France, avec à la clé 400 emplois, une nouvelle ligne de production financée par le plan de relance. La numérisation des PME est également un succès.

En outre, je suis convaincu que la rénovation énergétique des bâtiments publics, qui a fait l'objet d'un travail intense, conclu ce matin par le Premier ministre, nous permettra d'engager également la relance indispensable en matière environnementale. Le Premier ministre a annoncé ce matin que 4 214 projets ont été sélectionnés dans ce cadre, pour 2,7 milliards d'euros, selon une méthode simple : la sélection étant opéré par les départements, en consultation avec les élus locaux. Dans 95 % des cas, ainsi, la décision n'a pas été arbitrée par le Premier ministre, le ministre de l'économie, des finances et de la relance, ou d'autres membres du Gouvernement ; si les décisions se sont jouées au niveau local, c'est bien parce que c'est à ce niveau qu'elles doivent être prises. Par ailleurs, 95 % de ces projets sont d'un montant inférieur à 5 millions d'euros : ils bénéficieront dont prioritairement aux PME, aux TPE – très petites entreprises – plutôt qu'aux plus grands groupes. L'ensemble de ces projets doit nous permettre de créer en deux ans 20 000 emplois consacrés à la rénovation énergétique dans le secteur du bâtiment, qu'il s'agisse de commissariats, de gendarmeries, d'universités, de grandes écoles ou de CROUS – centres régionaux des oeuvres universitaires et scolaires. Notre choix en la matière est stratégique : près de 50 % des crédits iront aux universités parce que nous voulons envoyer un autre message : notre soutien aux jeunes, à l'intelligence, à la formation et à l'éducation de nos enfants.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion