⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Intervention de Régis Juanico

Séance en hémicycle du mardi 12 janvier 2021 à 15h00
Plan gouvernemental en faveur de la jeunesse

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaRégis Juanico :

Le plan gouvernemental « 1 jeune 1 solution » est-il à la hauteur des conséquences de la crise sanitaire sur les plus jeunes générations ? À l'évidence non : ce plan a le mérite d'exister, mais il est clairement insuffisant. Les aides ou primes ponctuelles ne suffisent plus, alors que le marché du travail fait peser sur les jeunes, devenus une variable d'ajustement structurel, la précarité et la flexibilité depuis maintenant quarante ans.

Notre société inflige depuis trop longtemps aux jeunes générations un parcours du combattant indigne avant l'entrée dans la vie active, dans la vie adulte, en leur imposant cinq à dix ans de stages, de petits boulots, de contrats courts et précaires, avant même d'accéder à un emploi durable. Ces jeunes aspirent à un droit à l'avenir, à un accès à l'autonomie, mais aussi au logement et à la santé ; cela nécessite une réponse qui va bien au-delà des mesures exceptionnelles proposées à l'occasion de la crise sanitaire.

Les travaux de la commission d'enquête que nous avons menés depuis six mois, avec la rapporteure Marie-George Buffet, la présidente Sandrine Mörch et nos collègues, pour mesurer et prévenir les effets de la crise sanitaire de la covid-19 sur la jeunesse, attestent de nombreuses conséquences sur les enfants, les adolescents et les étudiants. Les témoignages recueillis lors de nos auditions attestent d'une dégradation de l'état physique de la jeunesse, en raison de deux grands facteurs de risque : en premier lieu la sédentarité, avec une prise de poids de plusieurs kilos en moyenne, une perte de coordination et de capacités physiques ; en second lieu la surexposition aux écrans, qui se traduit par des troubles du sommeil et de l'alimentation.

1 commentaire :

Le 25/01/2021 à 17:28, claire_lsf (Etudiante en Informatique) a dit :

Avatar par défaut

En plus l'éducation nationale est basée sur un système super répressif, les élèves ne sont jamais responsabilisés, pas étonnant qu'on soit perdus quand ont arrive dans la vie active.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion