⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Julien Denormandie

Séance en hémicycle du mardi 26 janvier 2021 à 21h00
Lutte contre la maltraitance animale — Discussion générale

Julien Denormandie, ministre de l'agriculture et de l'alimentation :

on sent une convergence qui montre que ce combat dépasse les clivages partisans.

Vous êtes nombreux à avoir évoqué à cette tribune des dispositions courageusement défendues par les rapporteurs. Je pense au certificat de connaissance, ô combien nécessaire, ou aux investissements au bénéfice de structures comme les refuges. Jamais la main ne doit trembler contre les actes de maltraitance, que l'on condamne, au nom du bien-être animal, que l'on accompagne.

Plusieurs orateurs ont pointé des sujets sur lesquels il nous faut avancer. Nous avons la capacité de le faire.

M. Leseul évoquait le défi que représente le concept d'« une seule santé ». Que nous font comprendre les moments que nous vivons ? Eh bien, qu'il existe une convergence entre le monde humain, le monde animal et le monde végétal, sujet ô combien important que nous devons aborder avec une volonté forte. Les avancées de cette proposition de loi vont dans ce sens.

Monsieur Lachaud, c'est là une habitude de votre groupe, vous avez privilégié les propos d'estrade plutôt que le débat constructif. J'imagine que vous avez déjà tweeté pour essayer de dénigrer la majorité présidentielle, mais ce que vous dites est faux. Je vous donne un exemple : pour l'interdiction de la castration à vif des porcelets, l'arrêté a été pris le 24 février 2020, il y a un an ! C'est public !

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion