⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Emmanuelle Ménard

Séance en hémicycle du mercredi 3 février 2021 à 15h00
Respect des principes de la république — Discussion générale

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Ménard :

L'objectif affiché de ce projet de loi est de permettre une lutte plus efficace contre l'islamisme, terreau du terrorisme djihadiste selon le Gouvernement. Un texte fort, un texte qui fera date, avez-vous d'ailleurs déclaré, monsieur le ministre de l'intérieur, à l'issue de nos débats en commission.

Le texte, inspiré par le discours prononcé par Emmanuel Macron aux Mureaux, début octobre, part de bonnes intentions et de bons sentiments. Il aborde la question de la neutralité du service public ; prévoit un contrôle renforcé des associations – lesquelles seraient obligées de signer un contrat d'engagement républicain dont nul ne connaissait pourtant le contenu il y a encore quelques jours ; tente de faire revenir par la fenêtre certaines des dispositions de la loi, dite Avia, visant à lutter contre les contenus haineux sur internet, que le Conseil constitutionnel avait pourtant chassées par la grande porte ; remet en cause, avec l'instruction à la maison, une liberté fondamentale, celle des parents de choisir le mode d'instruction de leurs enfants ; tente d'opérer un plus grand contrôle des cultes, bouleversant ainsi le fragile équilibre trouvé avec les lois de 1905 et de 1907 ; ou encore cherche à lutter contre les certificats de virginité, la polygamie et les mariages forcés.

Mais on ne fait pas la guerre avec de bons sentiments, et encore moins quand il s'agit de la guerre contre les islamistes. Ce n'est pas avec la peur au ventre qu'on mène de telles batailles. Or la première de vos trouilles, c'est celle de nommer votre ennemi, notre ennemi, l'ennemi de la France : ces islamistes qui veulent nous imposer leur façon de vivre, leur manière de voir. Nous les voyons chaque jour empiéter sur les règles de vie, dans les rues, à l'école, dans les entreprises ou dans les enceintes sportives.

Cette peur transpire dès le titre du projet de loi « confortant le respect des principes de la République ». N'osant cibler personne en particulier, il vise tout le monde en général, y compris ceux qui respectent les règles de vie communes et les lois, et qui vivent ce nouveau texte comme une gifle, une véritable punition, presque une injure.

Disons-le en effet sans faux-fuyants, ce qui menace notre société, notre façon de vivre, notre civilisation, porte un nom : l'islamisme. C'est lui, et lui seul, qui veut faire des femmes des citoyennes au rabais, les obligeant notamment à porter un voile. La grande réussite des islamistes est d'avoir fait croire que, pour reprendre les mots de Chantal de Rudder, ex-rédactrice en chef du Nouvel Observateur, peu sujette à caution selon les canons du prêt-à-penser, le port du voile n'est autre qu'une « obligation morale pour affirmer sa visibilité anti-occidentale ». C'est pourquoi il est surréaliste que vous refusiez de débattre de cette question.

C'est l'islamisme, et lui seul, qui rêve d'imposer sa loi à l'ensemble des habitants de notre pays et exige toujours plus de dérogations aux règles qui régissent notre façon de vivre. C'est aussi en son nom, faut-il le rappeler, que depuis plusieurs années, des centaines d'hommes et de femmes ont été blessés, mutilés, marqués à vie, tués. Les assassins se réclament de lui et de personne d'autre.

Lutter contre l'islamisme – j'ai d'ailleurs déposé la semaine dernière une proposition de loi dans ce but – , c'est aussi être aux côtés des musulmans soucieux, eux, de respecter scrupuleusement les lois, à l'heure même où, comme je l'ai rappelé à plusieurs reprises en commission, 74 % des Français musulmans de moins de 25 ans affirment mettre l'islam devant la République, et où, pour 57 % d'entre eux, la charia est plus importante que la République. Quelle faillite !

1 commentaire :

Le 10/02/2021 à 11:43, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

"le port du voile n'est autre qu'une « obligation morale pour affirmer sa visibilité anti-occidentale ». "

Quant il pleut c'est incroyable le nombre de filles anti-occidentales qu'il y a dans la rue...

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion