⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Brigitte Klinkert

Séance en hémicycle du jeudi 18 février 2021 à 9h00
Aide individuelle à l'émancipation solidaire — Présentation

Brigitte Klinkert, ministre déléguée chargée de l'insertion :

Par ailleurs, sur le modèle de la garantie jeunes, tous les jeunes engagés dans un parcours vers l'emploi peuvent bénéficier d'une rémunération : jeunes accompagnés par Pôle emploi ou l'APEC – Association pour l'emploi des cadres – , jeunes diplômés, ex-boursiers en recherche d'emploi, ou encore jeunes engagés dans un parcours d'accompagnement vers une formation telle celle dispensée par les prépas-apprentissage. Nous voulons garantir à chaque jeune un droit à l'accompagnement inconditionnel. Aucun ne doit renoncer à un parcours vers l'emploi du fait de difficultés financières. C'est un enjeu majeur en termes d'égalité des chances.

Pour atteindre ces objectifs ambitieux, les missions locales seront dotées en 2021 d'un budget sans précédent de 495 millions d'euros.

Pour les aider à accompagner le maximum de jeunes, la ministre du travail, Élisabeth Borne, a annoncé ce lundi un assouplissement des conditions d'entrée dans la garantie jeunes et de ses modalités de mise en oeuvre. Ces assouplissements porteront sur les critères de non-imposition, de ressources et de durée du parcours. Nous souhaitons ainsi pouvoir engager le plus grand nombre possible de jeunes dans cette démarche et les soutenir dans la trajectoire vers l'emploi.

En parallèle, nous poursuivons la construction du service public de l'insertion et de l'emploi, qui vise précisément à garantir un droit à l'accompagnement effectif partout en France. Concrètement, il s'agit de bâtir des parcours efficaces et sans coutures pour permettre aux personnes de régler l'ensemble de leurs problèmes d'accès à l'emploi grâce à la meilleure coopération possible entre les acteurs de terrain car, vous le savez bien, l'insertion est l'affaire de tous sur nos territoires.

Mesdames et messieurs les députés, c'est pour moi l'occasion de vous dire que le service public de l'insertion et de l'emploi avance. Dès la fin du mois de mars, il sera déployé dans trente nouveaux territoires, qui mettront en oeuvre les recommandations de la grande concertation nationale que nous avons menée. Nous voulons ainsi renforcer et améliorer l'obligation d'accompagnement, en contrepartie des aides, pour plus d'efficacité au service des personnes.

Comme vous l'aurez compris, nous ne voulons pas de dispositifs qui enferment les jeunes dans des minima, mais des parcours qui jouent pleinement leur rôle de tremplin, de transition. En un mot, nous souhaitons placer l'accompagnement et l'emploi au coeur de nos dispositifs d'insertion et de solidarité. Naturellement, au même titre que tout travail mérite salaire, toute démarche d'accompagnement vers l'emploi mérite ressources, mais c'est d'abord l'engagement à se prendre en charge et à accéder à l'autonomie financière qui doit donner accès à un soutien financier.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion