⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean François Mbaye

Séance en hémicycle du vendredi 19 février 2021 à 21h00
Lutte contre les inégalités mondiales — Article 1er et cadre de partenariat global

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean François Mbaye :

Monsieur Lecoq, la majorité n'était pas mal à l'aise sur ce sujet : elle a au contraire été très claire. Je vous rappelle les discussions que nous avons eues en commission des affaires étrangères avec la ministre de l'enseignement supérieur, à l'issue d'une mission d'information sur l'accueil des étudiants étrangers en France confiée à nos collègues Pascal Brindeau et Marion Lenne. Comme nombre de mes collègues à l'époque, je ne comprenais pas cette mesure et je l'avais d'ailleurs fait savoir. Cependant, cette mesure n'avait pas été prise par le ministère de l'Europe et des affaires étrangères, mais résultait d'un décret émanant du ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, c'est pourquoi il ne me semble pas opportun de chercher à revenir dessus dans le cadre du présent texte.

J'avais pour ma part demandé à la ministre de l'enseignement supérieur et de la recherche d'exclure les dix-neuf pays prioritaires de l'aide publique au développement de cette mesure consistant à augmenter les frais d'inscription, mais ma proposition est restée lettre morte. Peut-être devrions-nous interpeller collectivement la ministre, afin de lui demander un bilan sur les conséquences de l'application de cette mesure, car ni nos demandes de rapport sur ce point, ni celle consistant à revoir la ministre devant la commission des affaires étrangères n'ont été suivies d'effet, ce que je déplore.

En tout état de cause, je peux vous assurer que la majorité n'a aucune raison d'être mal à l'aise au sujet de cette affaire et qu'elle est au contraire droit dans ses bottes.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion