⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Benoit Simian

Séance en hémicycle du jeudi 4 mars 2021 à 15h00
Effets de la crise de la covid-19 sur les enfants et la jeunesse

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBenoit Simian :

Je voudrais d'abord dire un mot des étudiants. La crise sanitaire a rendu leur vie très difficile : leur précarité s'est accrue car ils ne peuvent souvent plus travailler en parallèle pour financer leurs études et maintenir un niveau de vie décent, ce qui rend presque impossible le choix de l'autonomie que vous venez d'opposer, madame la ministre, au soutien par la famille. L'isolement des étudiants s'est accru au quotidien, et leur mal-être affecte leur santé mentale. Contrairement à ce que certaines annonces récentes ont pu laisser penser, plutôt que d'un « chèque psy », ce dont les étudiants ont besoin, c'est de retourner en cours et de retrouver une vie sociale.

Il me semble ensuite fondamental d'évoquer la question du port du masque par les enfants dès l'âge de six ans. Des psychologues pour enfants et des pédopsychiatres avec lesquels je me suis entretenu alertent sur ses dangers à un âge aussi jeune. Un enfant agit de façon spontanée et impulsive pour appréhender le monde et développer ses facultés psychomotrices ; or le port du masque freine ce comportement naturel car il induit un interdit incompréhensible pour des tout-petits. En outre, voir des adultes masqués toute la journée engendre un rapport au monde un peu dégradé, vous en conviendrez. Les enfants ont besoin de voir des visages pour lire et comprendre les émotions, sans parler de l'apprentissage de la lecture et de toutes les étapes de leur construction. Pour des enfants de moins de trois ans, voir des adultes masqués toute la journée peut également porter atteinte au développement du langage, et je sais de quoi je parle.

Aussi le groupe Libertés et territoires demande-t-il au Gouvernement de bien vouloir réfléchir à une adaptation des règles organisant le port du masque au cas par cas. Comme le disait Jacques Chirac, « Le changement est la loi de la vie humaine, il ne faut pas en avoir peur. »

3 commentaires :

Le 25/03/2021 à 11:07, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Le changement pour pire, ce n'est pas très intéressant.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 25/03/2021 à 18:02, Houpcla a dit :

Avatar par défaut

Bravo Monsieur Simian,

Ce que nous demandons c’est que nos enfants aillent à l’école sans masque et que nos étudiants retrouvent leur liberté. Nous avons envie de vivre.

Nous vous soutenons et nous disons « non » au passeport vert, il n’y a pas de citoyen de seconde zone. Nous devons donner les moyens aux hôpitaux qui soignent et non aux agences de communication!

Encore merci. Courage à vous. Une citoyenne concernée

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Le 26/03/2021 à 13:22, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Nous, ce que nous demandons, c'est l'obligation du passeport vaccinal

Il est inadmissible qu'une population de frileux arriérés impose sa loi sur celle qui veut aller de l'avant, aller au restaurant, dans les piscines, les cinémas, en bref sortir de la crise.

Et il est bien évidemment nécessaire de soutenir le port du masque pour les enfants dans les écoles.

Si cela ne leur fait pas plaisir, qu'ils pensent aux gens qui luttent contre la maladie dans les salles de réanimation.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion