⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Intervention de Jean-Luc Mélenchon

Séance en hémicycle du lundi 29 mars 2021 à 16h00
Lutte contre le dérèglement climatique — Motion de rejet préalable

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Mélenchon :

L'urgence qui frappe à notre porte n'a rien d'idéologique, elle est concrète. Quand des masses humaines se mettent en mouvement parce qu'il n'y a plus d'eau dans le lac Tchad, quand des masses humaines se mettent en mouvement parce que, ici ou là, la montée de la mer fait que les terres sont acidifiées, il n'y a plus ni raison ni frontière qui tienne contre la faim, la soif et la volonté de protéger sa famille et ses enfants ; les gens se déplacent, ignorant les frontières, ignorant les règles, provoquant un tohu-bohu géopolitique que nous aurons tous à affronter. Tout cela, ce n'est pas de l'idéologie au sens strict, ce n'est pas un débat que nous avons entre nous, c'est du concret. Que faisons-nous concrètement pour mettre notre action au niveau ? Assumons-nous, oui ou non, une bonne fois pour toutes, que l'humanité et la planète tout entière sont entrées dans une ère nouvelle ?

Le grand homme qu'était Paul Crutzen, mort il y a peu, avait, dans les années 1980, provoqué la première convention mondiale impliquant toute l'humanité au sujet des oxydes d'azote, qui faisaient des trous dans la couche d'ozone. C'est la première fois que tout le monde s'est accordé pour prendre des mesures afin d'empêcher que le trou ne s'agrandisse. Nous avons vaincu cette difficulté et, désormais, on nous dit que le trou se réduit ; le problème n'est pas réglé, mais il est en bonne voie d'évolution.

Paul Crutzen avait proposé de définir l'ère actuelle comme l'ère de l'anthropocène. Les premières fois que le mot a été utilisé, il a provoqué beaucoup de surprise : après le pléistocène, l'anthropocène. D'aucuns disent qu'il ne faut pas l'appeler anthropocène, car ce qui est en cause, ce ne serait pas l'être humain, mais le régime économique dans lequel il vit, c'est-à-dire le capitalisme. Je prends l'anthropocène en mémoire de Paul Crutzen et de son travail, dans lequel il commençait par signaler que, comme dans la numérotation des Anglo-Saxons, l'on calcule dorénavant les résultats des examens au carbone 14 d'après une date considérée comme BP, before present. Le present, c'est l'année 1950 où l'on a constaté pour la première fois du matériel radioactif à la surface de la planète dans une quantité qui en modifie la minuscule partie supérieure, nous faisant entrer dans une nouvelle ère. Depuis, on a vu qu'il n'y avait pas que les produits radioactifs. Peut-être serons-nous l'ère des ailes de poulet, car 80 % des oiseaux qui vivent sur terre aujourd'hui sont des poulets et des canards d'élevage, si bien qu'un scientifique a proposé d'appeler cette ère l'ère du poulet. Mais on pourrait aussi bien citer le plastique, que l'on retrouve dans à peu près tout, notamment dans la mer, en très grande quantité, et jusque dans le corps des êtres humains, en particulier des êtres humains à naître.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette intervention.

Inscription
ou
Connexion