⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Joaquim Pueyo pour ce dossier

5 interventions trouvées.

Je prendrai un exemple concret de désertification médicale. L'Orne compte 162 médecins généralistes en ce début d'année 2019. À la même période l'année dernière, 181 médecins exerçaient encore. Le territoire accuse donc une perte de dix-neuf praticiens. En dix ans, quarante-huit généralistes ont cessé leur activité. S'agissant des spécialistes...

Nous l'avons tous constaté. Nous observons même, de façon critique, la mise en oeuvre des décisions que nous avons soutenues au cours de la dernière législature, démontrant que l'incitation ne suffit pas. Le phénomène exige des décisions concrètes, rapides et efficaces. Tel est le cas ici : nous souhaitons flécher davantage de moyens vers les ...

Nous le rappellerons inlassablement : l'accès aux soins pour tous n'est pas négociable. Il s'agit d'un droit. Nous devons tout faire pour rétablir l'égalité entre les territoires et les citoyens. C'est une question de justice. Certes, il est difficile de prendre des mesures sur le conventionnement des médecins, mais comment pouvons-nous accept...

Madame la ministre, je vous ai écoutée avec attention, comme je l'avais fait pour notre ancienne ministre de la santé : vous avez quasiment la même position sur ce sujet. Pour ma part, je pense que nous nous sommes trompés collectivement, y compris dans le groupe auquel j'appartenais : nous n'avons pas suffisamment insisté sur l'urgence actuell...

Ils nous posent la question. La réponse que nous apportons est équilibrée. J'avais dit la même chose, madame la ministre, à celle qui vous avait précédée, et elle m'avait apporté la même réponse que vous : il y a donc un problème réel !