⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Laurent Saint-Martin pour ce dossier

25 interventions trouvées.

Sept Français sur dix : c'est la proportion de Français qui ont soutenu l'initiative les gilets jaunes, mais c'est aussi la part d'entre eux qui considèrent que ce mouvement devrait s'arrêter à la suite des annonces du Premier ministre.

C'est aussi le nombre de Français qui jugent que l'État ne se modernise pas assez. C'est d'eux dont je voudrais vous parler, car je pense qu'il s'agit dans tous les cas des mêmes Français : ceux qui voient les plages horaires de leur bureau de poste se réduire peu à peu ; ceux qui voient de moins en moins d'agents assurer l'accueil à la sous-pr...

Il y a, mes chers collègues, une équation que les gilets jaunes, sur les réseaux sociaux, dans les ronds-points nous demandent de résoudre, bien que cela semble impossible : l'addition de la baisse des impôts et de l'amélioration des services publics.

Eh bien, sur ce point, les gilets jaunes ont raison ! Il est possible d'avoir un service public à la fois meilleur et qui coûte moins cher. C'est depuis longtemps notre conviction, c'est devenu un impératif. Or que s'est-il passé jusqu'à présent ? Sur ce point, notre responsabilité est collective.

Chaque majorité a fait l'inverse de ce que réclament les gilets jaunes : moins de services publics, plus de dépense publique, plus d'impôts pour les Français !

Les Français ont l'impression de travailler non plus pour eux, mais pour l'État, parce qu'ils ont vu le service public s'éloigner. C'est cela qui a conduit à l'évaporation du consentement à l'impôt. Lorsque l'État n'est plus visible faute d'avoir su se moderniser, l'impôt cesse d'être une contribution pour devenir une pure et simple ponction. ...

Regardez les textes budgétaires ! Nous commençons par investir. Sept Français sur dix trouvent que l'État ne se modernise pas assez ? Nous répondons par 700 millions d'euros investis dans la modernisation de l'État.

Nous pensons que c'est en faisant différemment que nous pourrons réellement faire mieux avec moins. Faire différemment, c'est d'abord se poser la question de ce que nous attendons des services publics. Écoutons les revendications.

Il s'agit de principes forts : l'égalité devant le service public, l'égalité devant l'impôt, la liberté d'aller et venir. Ce sont aussi des principes déclinés sur le terrain. Que la puissance publique à laquelle les Français contribuent par l'impôt soit tous les jours à leur côté, surtout dans les moments difficiles. C'est une demande de protec...

Réformer l'État, c'est enfin rechercher l'efficacité. Je veux prendre l'exemple de la lutte contre la fraude fiscale. Grâce à une partie des 700 millions d'euros investis, il y a à Bercy, dans un petit bureau que je suis allé visiter ce lundi, des agents qui font de la recherche informatique au service de l'intérêt général.

Cela ne vous intéresse peut-être pas, chère collègue, mais ces personnes traquent les gros fraudeurs de façon plus efficace et pour un coût moindre.

… non qu'elle serait nouvelle, mais parce qu'elle n'a jamais été appliquée : penser à l'usager d'abord, à ce qu'il attend du service public.

La force sans la justice est tyrannique, disait Pascal. La demande des gilets jaunes est celle d'un État confiant, compréhensif, bienveillant. La bienveillance est au coeur de notre projet politique, elle est au coeur de la réforme de l'État et nous le démontrons dans cet hémicycle depuis dix-huit mois.

Soyons concrets : j'ai la conviction que si le droit à l'erreur n'existait pas déjà, il serait parmi les revendications des gilets jaunes, et ils auraient raison, parce que l'administration doit non pas traquer, mais accompagner les citoyens. Or c'est ce que nous avons mis en place.

Nous entendons aussi la demande d'égalité. Là encore, l'État se transforme pour y répondre. Un service public égal, c'est un service public qui fait plus pour ceux qui en ont plus besoin ; or ceux qui en ont le plus besoin, ce sont d'abord ceux qui, malheureusement, parce qu'ils sont en rupture, …

… assignés à résidence ou parce que la mobilité sociale n'est pour eux qu'une chimère, ne savent pas assez que le service public peut les aider. L'accès aux droits doit être une priorité. Soyons concrets : le site mes-aides. gouv. fr permet à chacun de calculer ce à quoi il a droit. Des dizaines d'initiatives comparables seront lancées d'ici à...

Chaque projet de réforme de l'État est une réponse aux revendications des gilets jaunes. Cependant, le combat pour l'accès aux droits nécessite davantage qu'un site internet.

C'est pourquoi nous avons mis en place les maisons de services au public, 1 300 lieux physiques où chacun peut être accompagné dans ses démarches par un agent public polyvalent. Une maison de services au public qui ouvre dans un territoire, comme ce sera le cas bientôt dans le Cher, qui en compte déjà quatorze, c'est l'État qui revient, c'est l...

Outre le courage de nos forces de l'ordre, qui a déjà été salué aujourd'hui, je veux saluer le courage des agents des directions départementales des finances publiques et des douaniers qui ont été pris pour cibles.

Je veux enfin rendre hommage à tous ceux qui portent des gilets jaunes parce que leur métier l'exige, parce que c'est leur métier d'être sur le terrain pour protéger les populations. Je pense tout particulièrement à ceux qui ont dû réparer les dégâts sur les Champs-Élysées.