⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Marie-Christine Dalloz pour ce dossier

7 interventions trouvées.

mais, surtout, de sortir des mensonges. Oui, des mensonges ! Depuis le début de la matinée, nous avons entendu M. le ministre et les membres de la majorité, élargie au MODEM, voire à l'UDI, nous dire que, pour la première fois, les impôts des ménages avaient baissé en France. Or je vais vous donner les chiffres de deux organismes. D'une part,...

Le taux des prélèvements obligatoires, qui sont supportés par l'ensemble des entreprises et des ménages, atteint un niveau record : 45 % du PIB. D'autre part, l'OFCE – Observatoire français des conjonctures économiques – vient de publier une étude très intéressante, qui montre que les prélèvements obligatoires sur les ménages n'ont jamais atte...

Ce sont des faits, des réalités, que vous ne pouvez pas nier et qui contredisent vos effets d'annonce !

Compte tenu de ces chiffres, du contexte et du mouvement que connaît la France, ne nous dites pas que notre proposition de loi est démagogique ! Cela fait désormais deux ans que nous présentons des amendements qui vont dans le même sens.

Nous restons très cohérents. En tout cas, vous devez comprendre la nécessité et l'urgence de mettre en oeuvre cette proposition de loi, pour améliorer le pouvoir d'achat des Français. Si vous ne le faites pas, si vous n'avez pas le courage d'en débattre, c'est, en réalité, parce que vous refusez le dialogue.

Vous affichez votre volonté de dialogue dans la rue et dans les médias, mais, dans l'hémicycle, vous ne voulez pas débattre. Qui plus est, le renvoi du texte en commission serait pathétique, car vous allez y vider chaque article de son contenu. C'est un déni du travail parlementaire.

Vous pouvez être fiers ! Vous êtes en train de renier les raisons qui vous ont amenés à siéger à l'Assemblée nationale, dans cet hémicycle. C'est, je le répète, un déni du travail parlementaire !