⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Mathilde Panot pour ce dossier

8 interventions trouvées.

Monsieur le secrétaire d'État, trente-quatre jours de grève, trente-quatre jours que vous jouez le pourrissement pour imposer par la force une réforme qui pourrira nos vies.

Les Français n'en veulent pas, ils vous l'ont dit dans la rue, avec près de deux millions de manifestants, par la grève, par pétition, en donnant massivement aux caisses de grèves et même dans vos sacro-saints sondages ! Votre réponse ? Vous donnez la légion d'honneur à ceux qui veulent nous voler et accusez les grévistes de terrorisme. Vous r...

Parce que la réforme serait pour le bien des gens ? Mensonge ! Vous voulez faire travailler tout le monde plus longtemps, pour moins d'argent. Peut-être parce qu'il y aurait besoin de travailler plus ? Mensonge ! La France n'a jamais produit autant de richesses et, alors que notre pays compte plus de 6 millions de chômeurs, l'urgence est de pa...

parce que, dans votre modèle, les gens doivent crever au travail pour que les actionnaires continuent de se gaver sans rien faire.

Vous êtes du camp des insensibles, de ceux qui n'ont d'égards que pour l'argent ; nous sommes et resterons aux côtés des sensibles, …

… aux côtés de ceux qui s'inquiètent de la souffrance actuelle des soignants, des enseignants, des postiers, des cheminots, …

… des chômeurs et de tous ceux qui font la France au quotidien ; aux côtés de ceux qui s'inquiètent de la retraite de leurs anciens et des conditions de travail de leurs enfants. Nous sommes du camp des sensibles, de ceux qui tiennent compte des vivants et de la vie elle-même.

Monsieur le secrétaire d'État, nous voulons juste des vies dignes. Votre projet est celui des paradis assassinés. Nous inventerons notre futur débarrassé de vous et de votre inhumanité.