⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Meyer Habib pour ce dossier

6 interventions trouvées.

Nous allons essayer de garder notre calme, mais on voit bien que c'est compliqué. Nous ne pouvons pas continuer nos travaux de façon sereine, c'est évident. Où est le nouveau monde dont vous avez parlé pendant la campagne électorale, mes chers collègues ?

Cette triste affaire, qui était à l'origine un fait divers grave – des manifestants tabassés sans raison évidente – , est devenue une affaire d'État, dont on parle hors de nos frontières. Avez-vous lu ce matin la presse internationale ? C'est le Président de la République qui doit s'exprimer : c'est ce que chaque Français pense au plus profond...

Certains policiers, vous le savez, sont devenus députés, à l'instar de notre collègue Fauvergue, assis derrière moi. Cette affaire est une gifle pour le Service de la protection – SDLP. C'est une gifle pour les gens qui s'occupent de la sécurité du Président de la République.

Eux ont un devoir de réserve ; ils sont armés et portent un brassard de police. L'homme dont nous parlons tutoie le Président de la République, à qui il était manifestement très fidèle. Il a, tout aussi manifestement, commis une erreur grave, que l'on ne peut camoufler. Les Français nous regardent ! Dieu sait si je ne suis pas, en politique, un...

J'entends dire que la personne incriminée avait construit une trappe, qu'elle portait un gilet pare-balles… Mais quel est donc ce pied nickelé ? La sécurité, ce n'est pas cela ! En France, nous avons une police, nous avons le SDLP, nous avons le groupe de sécurité de la présidence de la République ! Pas besoin de barbouzes qui se baladent au mi...

La situation ne peut plus durer. Le Président de la République, qui bénéficie, en sa qualité, d'une totale présomption de bonne foi, doit s'exprimer.