⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Michèle de Vaucouleurs pour ce dossier

7 interventions trouvées.

Je suis fermement opposée au rétablissement de la version initiale de l'article 1er. C'est pourquoi j'ai formulé en commission une proposition distincte, même s'il est évident que la présente proposition de loi part d'un bon sentiment, et que nous nous préoccupons tous, sur ces bancs, de la situation des personnes ayant perdu un enfant. Premiè...

Troisièmement, si le recours à l'arrêt maladie est pleinement justifié dans certaines situations, d'autres personnes, en revanche, préféreront reprendre le travail rapidement, estimant qu'il leur est nécessaire de retrouver rapidement leurs collègues et leur engagement professionnel.

De surcroît, agir en faveur des salariés est une très bonne chose, mais, en l'espèce, cela relève des discussions au sein de l'entreprise. Enfin, quid de ceux qui ne sont pas salariés ? Quid des artisans, des commerçants, des travailleurs indépendants ?

Ceux-là, on les laisse sans réponse. Il existe donc de très nombreuses raisons pour lesquelles je ne suis absolument pas favorable au rétablissement de la version initiale de l'article 1er.

Le don de jours de RTT offre la possibilité d'exprimer sa solidarité, il n'a pas vocation à résoudre toutes les difficultés. Je souhaite revenir sur les propos de M. Ruffin et d'autres et rappeler le sens de cette proposition de loi. Le texte concerne la vie de l'entreprise.

Monsieur Cordier, la solidarité devrait pouvoir s'exercer au bénéfice de tous. Qu'en est-il pour un commerçant ou un artisan ? Comment vit-il son deuil ? À quoi a-t-il droit ? Il n'a droit à rien

J'espère qu'un jour, la solidarité pourra profiter à tout le monde dans notre pays. Aujourd'hui, un commerçant doit reprendre le travail pour faire tourner son commerce, il ne s'autorise peut-être même pas un arrêt maladie alors qu'il est confronté aux mêmes difficultés que les autres. Certaines entreprises, aussi souvent qu'elles le peuvent, ...