⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions,
les propositions de loi, les rapports et les votes ne peuvent plus être intégrés pour certains depuis plusieurs mois.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Nicolas Dupont-Aignan pour ce dossier

13 interventions trouvées.

Il n'y a pas de démocratie sans confiance, et celle-ci repose sur la vérité. Or je lis à l'instant dans un magazine, Les Inrockuptibles…

… que la conseillère presse du Président de la République, Mme Ndiaye, dit clairement : « J'assume parfaitement de mentir pour protéger le Président. » Si une collaboratrice très proche du Président de la République, en pleine crise institutionnelle et alors qu'il y a tant de difficultés, accepte de mentir.. ,

… cela veut dire que, au plus haut sommet de l'État, le mensonge permanent a été érigé en système. Et vous voudriez que l'on délibère dans la sérénité, devant les Français, d'un projet de loi censé restaurer la confiance ? Mais la confiance, mes chers collègues, exige un minimum de vérité et de vertu au sens de Montesquieu ! Vous savez très bie...

Voilà la réalité ! Ce n'est pas une affaire Collomb, pas même une affaire Philippe ; c'est une affaire Macron, et vous le savez très bien. Je vous demande donc, mes chers collègues, à vous et à M. le président de l'Assemblée que je sais sage : ne croyez-vous pas qu'il serait opportun que chacun d'entre nous retourne dans sa circonscription écou...

Profitez de ce week-end pour faire le marché demain matin, aller au club de foot voir les jeunes qui s'entraînent, visiter les commerces, écouter votre famille, et vous verrez que les Français sont en colère devant votre comportement !

Vous les avez trompés et ils attendent de vous au moins que vous participiez à la manifestation de la vérité – l'enjeu de la commission d'enquête. Alors nous pourrons reprendre nos travaux pour être de vrais constituants imprégnés d'une volonté de vérité et de vertu.

Madame la garde des sceaux, je voudrais avoir votre sentiment sur ce qui se passe, car vous êtes bien muette !

Le Gouvernement ayant plusieurs positions, tant dans le temps qu'entre les ministres, vous ne devez pas savoir quoi nous dire. Mais va-t-on offrir ce spectacle plus longtemps aux yeux de nos concitoyens ?

Vous ne pouvez pas, d'un côté, revendiquer le statut de majorité investie par le suffrage universel, et de l'autre, refuser les moyens de débloquer la situation. Et le seul moyen objectif, sincère et conforme à l'esprit des lois pour y parvenir, dans un régime parlementaire démocratique, c'est que le ministre de l'intérieur, dont l'agenda est a...

Je regardais avec ironie le rapport de la commission des lois, intitulé « Démocratie plus représentative, responsable et efficace ». Le Président de la République, est-il écrit, « a fait de la modernisation des institutions un objectif majeur de son mandat, de nature à restaurer le lien de confiance entre les citoyens et leurs gouvernants ».

Plutôt que de nous chamailler – puisque les Français nous regardent – , cette seule introduction devrait collectivement nous obliger à interrompre nos débats pour entendre le ministre de l'intérieur, autrement dit à jouer, tout simplement, notre rôle de représentants du peuple. Les Français attendent en effet de l'Assemblée nationale qu'elle le...

Pourquoi même suspendre nos débats, au milieu de nos joutes oratoires, alors que le ministre de l'intérieur, s'il n'a rien à se reprocher, peut venir s'exprimer devant nous ? Le choix est très simple : soit le ministre de l'intérieur vient, dit la vérité et sauve sa conscience, soit il ne vient pas et il doit alors démissionner. La réalité, en...

Je vous le dis très clairement : arrêtons ces débats absurdes ; suspendons provisoirement l'examen du projet de loi constitutionnelle, …