⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Patrick Mignola pour ce dossier

15 interventions trouvées.

Nous traversons un moment grave qui nous appelle tous à l'humilité et à la responsabilité. La France vit une colère sociale qui vient de loin. Nous en connaissons les origines. Nous sommes la première génération à devoir exercer deux ou trois métiers différents dans notre vie ; nous sommes la première génération à devoir assumer deux ou trois r...

Évidemment, face à ces mutations profondes de la société, on peut parfois se sentir exclu dans son propre pays, étranger à son propre monde, plus encore si on est né dans un territoire depuis trop longtemps abandonné par la République. On voit passer le train de la mondialisation depuis le quai…

Le gel des taxes qui nous est proposé aujourd'hui est une reconnaissance, mais c'est aussi un signe de responsabilité et de dialogue pour ouvrir enfin le temps des solutions à construire ensemble parce que, quand on est en colère, on cherche des coupables plutôt que des solutions. Ça peut être la faute de ceux d'avant, de ceux d'aujourd'hui, pe...

C'est l'occasion qui nous est offerte aujourd'hui. En effet, pour bâtir ce nouveau contrat civique et social à discuter ici et partout en France, nous devons tout mettre sur la table, la justice sociale et la justice salariale ; la justice territoriale, dans le monde rural mais aussi dans les quartiers périphériques, pour éviter les oppositions...

On doit parler bien sûr de justice fiscale parce que c'est l'origine de la colère. Nous avons l'impression de payer beaucoup mais de ne pas tous payer pareil. Nous avons l'impression de payer beaucoup mais de ne pas avoir de services à la hauteur. Nous oublions quand même notre école, notre santé, notre sécurité, mais il faut comprendre ce qui...

… en tout cas, on ne gagne jamais assez pour bien vivre. Alors, on a l'impression de payer des taxes au chariot, chez Carrefour, on a l'impression de payer des taxes à la pompe, à la station-service, de payer des taxes locales ou nationales sur le compte bancaire, et c'est pour cela qu'il faut remettre toute la fiscalité sur la table.

Pour une fois, faisons preuve de responsabilité fiscale et arrêtons de parler de « dépenses supplémentaires ». Les Français qui travaillent et qui ne s'en sortent pas ne veulent pas des aides supplémentaires, ils veulent simplement pouvoir vivre, ils veulent comprendre à quoi servent les taxes et ils veulent pouvoir s'en sortir !

Le groupe que j'ai l'honneur de présider formule des propositions depuis dix-huit mois et il le fera encore en participant au débat. Il l'a fait sans démagogie, avec responsabilité, sur l'ISF, sur la flat tax, sur les grandes entreprises – qui paient moins que les petites – , sur les multinationales numériques. Ce n'est tout de même pas le moin...

Pour nourrir un nouveau contrat social et civique, nous avons besoin de moyens. Les uns et les autres, nous devons dire la vérité : pour avoir des moyens, il faut développer l'économie, il faut réimplanter des industries dans les territoires. C'est pour cela, président Jacob, qu'il ne faut pas supprimer mais suspendre la taxe carbone.

D'abord, parce que la transition écologique n'est pas une option. S'il y a dans cet hémicycle des invisibles, dont nous devons nous rappeler, ce sont nos enfants, nos petits-enfants et nos arrière-petits-enfants qui, demain, après-demain, après après-demain pourraient nous reprocher les mauvaises décisions d'aujourd'hui.

Ensuite, parce que la transition écologique, c'est aussi une façon de renouveler l'industrie, de promouvoir une industrie verte, une industrie qui, précisément, peut être réimplantée sur les territoires abandonnés de la République. C'est là l'enjeu le plus mobilisateur que nous devons partager. Alors, alors seulement, nous pourrons nourrir un n...

Pour cela, la démocratie est nécessaire. Nous avons tous entendu que les Français en colère se sentent mal représentés ici et qu'ils réclament une plus grande démocratie directe. Je rappelle que nous représentons les 10 666 572 Français qui ont voté pour nous. L'Assemblée nationale est donc légitime, mais le Parlement doit être plus fort et c'e...

Alors, nous pourrons bien sûr parler du vote blanc, nous pourrons parler du référendum d'initiative populaire, nous pourrons parler de la représentation du peuple dans les corps intermédiaires.

Une révolution fiscale, un nouveau contrat civique et social… Mes chers collègues, nous vivons autant de crises, mais au sens grec : la krisis est un temps de crise et d'un choix, le choix que les parlementaires que nous sommes devront faire aujourd'hui à partir des options qui nous sont proposées. Le groupe du Mouvement démocrate et apparentés...