⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Pierre Dharréville pour ce dossier

16 interventions trouvées.

Vous voici donc de retour avec cette proposition de loi qui appelle les salariés à donner leurs jours de repos – et désormais leurs jours de travail – pour payer des chèques-vacances aux soignants. Vous nous forcez donc à vous redire que, pour nous, elle est à côté de la plaque. Elle l'est d'abord parce que la revendication des personnels hospi...

À ce stade, je pourrais me contenter de deux questions : quel sens peut bien avoir cette façon de vouloir remplir la caisse des chèques-vacances alors que, pendant la crise, le Gouvernement l'a siphonnée pour financer les aides aux entreprises ?

Ce n'est peut-être pas intentionnel, mais n'y a-t-il pas une forme d'obscénité, après les annonces si faibles du Ségur de la santé au regard des besoins et de la justice, à demander aux salariés de verser une forme de complément pris sur leur repos ou sur leurs salaires, que le Premier ministre a d'ailleurs oubliés dans son discours de politiqu...

Avec ce type de solutions, vous risquez de mettre tout le monde en colère : les soignants, qui attendent de l'État qu'il assume ses responsabilités, et les salariés, qui n'entendent pas être culpabilisés pour une situation qui résulte des politiques néolibérales, dans lesquelles nous sommes enfermés comme le Minotaure dans le labyrinthe de Déda...

Mais vous préférez demander aux salariés d'y aller de leurs jours de repos et de leur salaire. Après cette crise, ne croyez-vous pas que les jours de repos ont été imposés par les circonstances à une partie des salariés, et que l'autre partie en a bien besoin pour récupérer ? Mais alors, nous direz-vous, ne peut-on permettre un élan de solidar...

Le projet politique de la Macronie, nous l'avons désormais durement éprouvé. Chaque mot que vous utilisez pour le décrire perd de sa valeur. Combien de fois avez-vous été surpris à employer un mot pour un autre, à user de superlatifs pour masquer la faiblesse, à faire semblant de faire, à dire sans tout dire, à ne pas tout faire de ce que vous ...

À huit heures sonnantes, tous les soirs durant des semaines, nombreux sont les femmes et les hommes qui se sont donné rendez-vous pour applaudir le personnel hospitalier aux prises avec le coronavirus. Ils l'ont fait pour leur donner du courage, pour leur montrer toute la reconnaissance et la considération dont la majorité les a tant privés. So...

Le personnel hospitalier est en colère depuis longtemps, et ce geste n'est pas fait pour l'apaiser. Il ne demande pas que l'on se souvienne ; il ne demande que les moyens de remplir ses missions de service public avec pour seul impératif l'intérêt général. Nombreuses et nombreux sont ceux qui ajoutent qu'ils ne demandent pas aux autres de renon...

Comment avez-vous pu avoir cette idée ? Comment avez-vous eu le culot de demander aux salariés de payer des chèques-vacances au personnel soignant, le tout en vous drapant des principes de générosité et de solidarité ? Le message politique est daté et connu : il faut travailler plus. Donnez vos jours car vous en avez trop, dites-vous. Cela tour...

En cohérence avec les propos que j'ai tenus tout à l'heure, nous proposons de supprimer l'article. J'ai dit ce que je pense, il est inutile de me répéter. J'ai bien senti que la sensibilité de M. le rapporteur n'est pas feinte ; le problème, c'est qu'elle s'exprime dans un cadre politique prédéfini, que nous connaissons. Vous êtes donc bien en...

Madame la ministre, vous avez éveillé ma curiosité en présentant le Ségur de la santé comme l'occasion d'une grande discussion avec les organisations syndicales. J'aimerais savoir si vous ne pensez pas que le sujet dont nous débattons ici ne mériterait pas d'y être inclus. Il s'agit de toucher aux jours de RTT et aux jours de repos, ce qui méri...

Pour bien comprendre la logique profonde de la démarche qui anime la majorité, j'aimerais savoir s'il s'agit maintenant de faire intervenir l'employeur pour qu'il dise aux employés : « Si vous décidez de donner, j'abonderai. » Sommes-nous bien dans une logique où tout convergera pour culpabiliser au maximum les gens et leur demander de mettre a...

Je m'interroge sur la validité juridique de l'amendement, même si nous étions déjà dans la confusion précédemment, je l'ai bien compris. Si j'ai bien entendu vos explications, monsieur le rapporteur, vous faites un amalgame entre les associations et les entreprises. Or les associations à but non lucratif ont un objet ou une raison sociale – pa...

Il ne faut pas jouer avec les sentiments, ni avec la générosité ; c'est un jeu dangereux qui finit par les dénaturer, et c'est ce qui risque d'arriver ici. Si j'en crois les propos que j'ai entendus ce soir, il faut s'attendre à un festival dans l'aller-retour avec le Sénat : je doute qu'il soit réussi, et je crains au contraire qu'il ne pousse...

Nous sommes à côté de la plaque, et je crois que la proposition de loi n'aura même pas la portée symbolique dont vous voulez la parer. Il serait plus sage de tenter de nous montrer à la hauteur de nos responsabilités en votant un budget de la sécurité sociale conforme aux besoins, et en écoutant ce qui se dit.

Que les soignants manifestent dans la rue pour tenter de faire entendre leurs revendications et qu'ils tirent la sonnette d'alarme, cela ne date pas d'aujourd'hui ! Si nous nous trouvons dans cette situation, c'est parce que des choix politiques désastreux ont été faits durant des années, que nous ne sommes malheureusement pas en train de corri...