⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Revenu étudiant


Les interventions de Pierre-Henri Dumont


Les amendements de Pierre-Henri Dumont pour ce dossier

9 interventions trouvées.

Personne ne peut se voiler la face : oui, la précarité étudiante existe dans notre pays, quand 20 % des étudiants français vivent sous le seuil de pauvreté, quand 46 % travaillent durant l'année scolaire et quand, dans un cas sur cinq, ce travail met terriblement à mal le succès des études. Les images insupportables, intenables, dramatiques de...

… pas pour une personne qui le rétribue en échange de sa force de travail. Il ne peut donc, par définition, toucher un revenu du seul fait de sa condition d'étudiant. À un réel problème, la précarité étudiante, vous répondez par une mauvaise solution : la fonctionnarisation massive de millions de jeunes Français et leur uniformisation. Votre r...

Il offre un confort temporaire au lieu de préparer à un avenir et de forger une ambition. Il développe plus encore cet assistanat d'État à cause duquel, faute de pouvoir aider la personne en difficulté, la nation préfère lui verser une pension afin de s'excuser de n'avoir su répondre à ses problèmes, espérant par là, lâchement, acheter son sile...

… il n'a pas mis à niveau son offre de services pour les étudiants, en particulier le nombre de résidences étudiantes et de restaurants universitaires. À Paris, on compte ainsi 6 750 logements étudiants pour 700 000 étudiants franciliens. Alors, évidemment, les étudiants se trouvent à devoir payer 800 euros pour 15 mètres carrés, tout simplemen...

Instaurer un revenu étudiant n'y changera rien. Au contraire, cela renchérira les loyers, excluant définitivement la classe moyenne non étudiante du centre de nos métropoles, où se concentrent également nos universités. Parce que l'on a massifié l'accès aux études supérieures sans mettre à niveau les services d'accompagnement des étudiants, la ...

La restauration de la méritocratie républicaine ne passe pas par la fonctionnarisation des étudiants que vous nous proposez sous la forme d'un terrible aveu d'échec et d'impuissance, reprenant ce qui hier a déjà échoué dans d'autres secteurs de la société. C'est pour cela que le groupe Les Républicains votera contre cette proposition de résolut...

Le sujet de la précarité étudiante est central dans notre société. Il y a encore quelques années, j'en faisais partie : je n'ai pas eu besoin de travailler pour subvenir à mes besoins, mais beaucoup de mes amis ont dû le faire et l'assumer. Cependant, vous abordez le sujet sous un mauvais angle. Vous attaquez aujourd'hui le symptôme : le fait q...

Une vraie réponse serait de construire massivement des résidences étudiantes. Cela éviterait de reproduire toujours le même système, un système fonctionnarisé, où l'on achète la paix sociale à coup d'aides et de subventions. Le revenu étudiant que vous voulez créer ne servirait en réalité pas à grand-chose puisque vous manqueriez votre cible. ...

Songez : 170 euros en licence, 243 euros en master… Comparez ! Notre pays investit chaque année 15 000 euros par étudiant dans l'enseignement supérieur. Pour le groupe Les Républicains, une vraie mesure sociale consisterait à permettre aux étudiants de bénéficier d'un logement décent en dehors du parc privé. C'est là que l'État est attendu.