Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Hugues Renson
Question N° 12821 au Ministère de l'europe


Question soumise le 2 octobre 2018

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

M. Hugues Renson attire l'attention M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sur la situation préoccupante au Venezuela. En effet, un rapport du 22 juin 2018 du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme de l'Organisation des Nations unies allègue que le pouvoir vénézuélien pratique un usage de la force excessive et a recours à des détentions arbitraires, tortures et mauvais traitements. Ainsi, des forces de sécurité vénézuéliennes auraient procédé depuis 2015 à plus de 500 exécutions extrajudiciaires, visant surtout des jeunes dans les quartiers pauvres, dans le cadre d'opérations de lutte contre la criminalité, entre juillet 2015 et mars 2017. L'État ne garantit pas la vie et la sécurité de la population alors que l'insécurité y règne, ce qui est une des causes de la fuite du pays de 1,6 million de Vénézuéliens depuis 2015. De plus, les méthodes pour réprimer l'opposition politique ou toute personne perçue comme étant une menace au Gouvernement se poursuivent. Le président Nicolas Maduro, au pouvoir depuis 2013, a été réélu le 20 mai 2018 jusqu'en 2025, au terme d'un scrutin vivement critiqué à l'étranger, ce qui ne permet pas d'envisager l'amélioration d'une situation déjà critique. Ainsi, il lui demande quelles actions diplomatiques la France compte mettre en œuvre pour accompagner le retour à la paix et s'il est favorable à la création d'une commission d'enquête internationale par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU, comme cela existe pour la Syrie.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

1 commentaire :

Le 09/10/2018 à 23:14, chb17 a dit :

Avatar par défaut

Monsieur le Député Hugues Renson a tout compris de notre pays des lumières, en laissant aux dommages collatéraux de nos "actions diplomatiques" l'ombre qui leur sied.

Puisque c'est au nom de la Sécurité et de l'humanitaire, vivent les ingérences et meurent les pays sauvés.

La Libye grâce à nous a sombré dans le chaos. L'Afghanistan et le Mali ne se relèveront pas de sitôt de notre sollicitude. La Syrie est exsangue grâce à nos chers rebelles (même si on n'avait pas pu bombarder Damas).

Et revoilà les "Droits de l'Homme Riche à décider pour les autres" : vite, démocratisons Caracas, où les USA n'arrivent décidément pas à mettre tout seuls la main sur la première réserve mondiale de pétrole !

Réveillez la meute. L'hallali sera juteux, et les hyènes attendent.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion