Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Danièle Cazarian
Question N° 16110 au Ministère de l'europe


Question soumise le 22 janvier 2019

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

Mme Danièle Cazarian attire l'attention de M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sur la crise humanitaire qui frappe le Venezuela. Nicolas Maduro a entamé son second mandat le 10 janvier 2019, malgré les accusations de fraudes électorales lors de la campagne. Le pays s'enfonce chaque jour un peu plus dans la crise, l'hyperinflation détruit le pouvoir d'achat des citoyens qui peinent désormais à se nourrir. Le système de santé est à terre et manque cruellement de matériel médical. Face à cette véritable crise humanitaire, plus de deux millions de Vénézuéliens ont dû se réfugier dans les pays voisins afin de trouver un avenir meilleur. Les populations fuient aussi la crise politique, qui dure désormais depuis plusieurs années entre le Parlement, acquis à l'opposition et le président Maduro qui n'a pas hésiter à faire élire une assemblée constituante à sa main, pour continuer à gouverner sans le Parlement. La brève arrestation de Juan Guaido le 13 janvier 2019 n'est pas de nature à calmer les esprits. Outre les violences politiques, récurrentes, les Vénézuéliens font face à une criminalité en constante augmentation. Elle lui demande donc quelles mesures il compte prendre pour alléger les souffrances de ce peuple et juguler la crise humanitaire sans précédent qui frappe le Venezuela.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

1 commentaire :

Le 10/02/2019 à 11:38, chb17 a dit :

Avatar par défaut

La seule légitimité (démocratique ???) dont dispose le putschiste Guaidó vient de l'ingérence américaine (+ auxiliaires et caniches). Combien de voix en effet avait obtenues cet homme, pas candidat à la présidence en 2018 et pourtant adoubé par une vingtaine d'alliés de Trump ?

La seule façon envisagée par Washington d' "alléger les souffrances de ce peuple", c'est le chaos à la libyenne, classique de l'impérialisme du XXI° siècle, agrémentée de répression conduite par une junte d'extrême droite.

Or, l'essentiel de l'armée (populaire) n'est pas prête à lâcher la république bolivarienne. C'est dire que "l'avenir meilleur" sera réservé aux vautours, pendant que la guerre civile fera rage.

Par ses larmes de crocodile en faveur du coup d'état, Mme Danièle Cazarian endosse le rôle BHL-ien de boutefeu et d'instrument du vol des richesses vénézuéliennes. Contre la charte de l'ONU qu'elle jette aux orties, Mme la Députée est apparemment chargée de fournir une consistance humanitaire à la parole présidentielle : « Après l’élection illégitime de Nicolas Maduro en mai 2018, l’Europe soutient la restauration de la démocratie ».

Même ainsi appuyée, notre Ministre de l'europe aura bien du mal à rameuter 27-28 mercenaires !

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion