Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Bruno Fuchs
Question N° 22029 au Ministère de l'enseignement supérieur


Question soumise le 30 juillet 2019

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

M. Bruno Fuchs attire l'attention de M. le ministre de l'Europe et des affaires étrangères sur les risques pour la francophonie que représente l'anglicisation excessive de l'enseignement supérieur. La loi n° 2013-660 du 22 juillet 2013 relative à l'enseignement supérieur et à la recherche, comptait parmi ses objectifs d'autoriser l'enseignement de cours en anglais à l'université. Son application a en pratique permis de reléguer le français au second plan, derrière l'anglais, dans certains cursus d'excellence scientifique. D'après l'organisme public Campus France, sur 1 198 programmes d'enseignement supérieurs dispensés en France en anglais exclusivement, 442 débouchent sur un diplôme d'État français de grade master. Il apparaît paradoxal, au vu des progrès récents des technologies de traduction automatique, d'encourager, par un tel nombre de diplômes anglophones, une prédation de la francophonie dans le milieu scientifique universitaire qui n'a pas attendu ces réformes, et s'opère au quotidien à l'international. Dès lors, un paradoxe se pose à l'État, entre une volonté de protéger l'usage de la langue française dans le monde, et la nécessité de maintenir son enseignement supérieur dans la modernité de la communauté scientifique internationale. Il l'interroge sur la position du Gouvernement quant à l'avenir de l'anglicisation de l'enseignement supérieur, et plus particulièrement du domaine scientifique.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

1 commentaire :

Le 01/08/2019 à 17:22, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Le gouvernement se couche devant les puissances de l'argent : comme les puissances de l'argent parlent anglais plutôt que français, c'est normal qu'il favorise l'anglais à la place du français. A noter que ce sont les socialistes, soi-disant des résistants aux puissances de l'argent, et des protecteurs de la pauvreté, qui ont permis que l'anglais soit possible dans l'enseignement supérieur. Les socialistes sont surtout les protecteurs de l'hypocrisie politique. On l'a vu également avec Hollande se moquant des "sans dent", les pauvres donc.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion