Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Béatrice Piron
Question N° 22379 au Ministère de la transition écologique et solidaire


Question soumise le 6 août 2019

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

Mme Béatrice Piron attire l'attention de Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur les moyens mis en œuvre pour lutter contre les nuisances aériennes dans la région Île de France. La région Île-de-France accueille deux aéroports internationaux, Paris-Charles de Gaulle et Paris-Orly ainsi qu'un aéroport pour voyages d'affaires, Paris-Le Bourget. Parmi les plus importants dans leur catégorie au niveau européen, ces trois aéroports, génèrent un nombre élevé de survols de la région : 778 000 mouvements d'avions en 2018 selon ADP. En plus des aéroports, la région accueille une vingtaine d'aérodromes. Avec la construction du terminal 4 de l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, qui devrait progressivement ouvrir entre 2024 à 2037, avec pour objectif d'accueillir 35 à 40 millions de voyageurs supplémentaires, ce sont 500 mouvements d'avions en plus par jour. Les Franciliens sont déjà très exposés aux nuisances aériennes et cette augmentation du trafic aérien fait craindre une augmentation des nuisances sonores aériennes. Au-delà de la gêne occasionnée, les conséquences sanitaires du bruit ne sont plus à démontrer. Des niveaux sonores élevés ont des effets sur le système auditif notamment. Outre les effets auditifs, les nuisances sonores perturbent le sommeil, augmentent les troubles cardio-vasculaires et favorisent la baisse des capacités d'apprentissage. Le bruit est aussi un facteur qui renforce les inégalités sociales, les populations les plus exposées étant aussi généralement les plus défavorisées. Elle souhaiterait connaître les solutions envisagées pour compenser les nuisances subies par les riverains des aéroports et aérodromes d'Île-de-France alors que la région se prépare à ouvrir un nouveau terminal à l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

1 commentaire :

Le 07/08/2019 à 08:20, Laïc1 a dit :

Avatar par défaut

Il n'y a pas que le bruit, puisque la pollution des avions est intense, alors avec 500 avions de plus par jour, dans un contexte de lutte contre le réchauffement climatique et contre le dégagement de CO2, c'est clairement attentatoire aux intérêts supérieurs de la nation, nation dont le gouvernement semble se moquer complètement.

Vous trouvez ce commentaire constructif : non neutre oui

Inscription
ou
Connexion