⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Jacqueline Maquet
Question N° 42192 au Ministère des solidarités


Question soumise le 26 octobre 2021

Être alerté lorsque cette
question aura une réponse

e-mail
par e-mail

Mme Jacqueline Maquet attire l'attention de M. le ministre des solidarités et de la santé sur la situation des prestataires de santé à domicile (PSAD). Depuis janvier 2021, la Fédération des PSAD essaye de trouver un terrain d'entente avec le Comité économique des produits de santé (CEPS) sur un niveau d'économie acceptable pour l'État et soutenable pour leurs entreprises. Cependant, le CEPS a décidé, de manière unilatérale, de baisser les tarifs. Cela vient s'ajouter aux années d'économies déjà imposées à leur secteur et menace aujourd'hui leurs emplois. Le CEPS remet également en cause leurs prestations et ne reconnaît pas leur valeur pour les patients et pour le système de santé. Pourtant, les prises en charge de santé à domicile sont plus économiques pour le système de santé que les prises en charge hospitalières. Les PSAD sont confrontés à un manque de reconnaissance de leur travail et de leur place dans le système de santé par les pouvoirs publics. Elle souhaite savoir si le Gouvernement prévoit d'arrêter les baisses tarifaires sur les activités de prestation de santé à domicile pour 2022 et s'il entend reconnaître de manière claire la place des prestataires de santé à domicile dans le système de santé.

Réponse

Cette question n'a pas encore de réponse.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion