Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia

Raphaël Schellenberger
Question N° 8387 au Ministère auprès du ministre d'État


Question soumise le 15 mai 2018

M. Raphaël Schellenberger interroge M. le ministre d'État, ministre de la transition écologique et solidaire, sur le développement de projets de locomotives à hydrogène sur les lignes ferroviaires françaises. En effet, si les lignes principales du réseau ferré français sont majoritairement électrifiées, de nombreuses lignes à travers le territoire ne le sont pas encore et voient ainsi circuler chaque jour sur leurs rails des trains à moteur diesel. Des projets d'électrification sont en cours sur plusieurs de ces lignes, à l'image de la ligne Paris-Troyes, mais le coût de ces projets, évalué dans le cas de l'exemple ici cité à 320 millions d'euros dans le protocole d'accord financier signé en 2016, constitue bien souvent un frein à leur réalisation. Face à ces difficultés, les trains à hydrogène, davantage en phase avec les exigences en matière de protection de l'environnement que les moteurs diesel, apparaissent comme une véritable alternative, d'autant plus crédible que de tels trains alimentés par l'intermédiaire d'une pile à hydrogène circulent déjà sur le réseau ferré allemand, témoignant ainsi de la maturité de cette technologie. M. le ministre avait déclaré le 14 février 2018, devant la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale, placer beaucoup d'espoir dans ces trains à hydrogène. Il l'interroge donc sur l'état des projets en cours ainsi que sur les moyens envisagés par le Gouvernement pour accompagner et promouvoir leur développement.

Réponse émise le 18 septembre 2018

Alors qu'il permet d'assurer environ 10 % du trafic de voyageurs et de marchandises en France, le transport ferroviaire ne représente que 1,6 % des consommations nationales d'énergie et il émet moins de 1 % (0,4 %) des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports. En effet, plus de 80 % des circulations ferroviaires sont réalisées grâce à l'énergie électrique. Afin de participer à l'atteinte de l'objectif fixé par le Gouvernement, et affirmé dans le plan climat présenté le 6 juillet 2017, visant à parvenir à une « neutralité carbone en 2050  », une mission a été confiée à M. le député Benoît Simian, relative au « verdissement » de la partie résiduelle du parc de matériel roulant ferroviaire fonctionnant au diesel. Cette mission étudiera avec soin la situation en France et les exemples étrangers, et formulera les recommandations appropriées, au terme d'une analyse socio-économique des technologies et énergies disponibles. Le Gouvernement a également demandé à la mission d'accorder une attention particulière aux possibilités offertes par l'hydrogène qui connaît une actualité récente encourageante en Allemagne. Les résultats de la mission sont attendus pour la fin de l'année.

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette question.

Inscription
ou
Connexion