⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.


Les amendements de Robin Reda pour ce dossier

9 interventions trouvées.

Nous avons là une occasion unique de manifester notre confiance envers les maires de France. Vous dites vouloir, à travers ce projet de loi, étendre les pouvoirs d'intervention des maires, ce qui est salutaire, car ceux-ci luttent tous les jours contre l'impunité dans leurs villes et villages. Or les commerces évoqués par M. Peu provoquent de g...

Mon argumentation est la même. Je propose de remplacer « circonstances locales » par « si les circonstances l'exigent ». À l'heure des réseaux sociaux notamment, des appels transmis par voie dématérialisée, loin du terrain et des circonstances locales, peuvent en effet avoir des conséquences sur les commerces considérés et nécessiter leur ferme...

Je ne peux qu'abonder dans ce sens. Prenez la mesure de ce qui se passe dans un certain nombre de nos villes ! En tant qu'élu municipal, je touche du doigt le sentiment d'impuissance des maires et des habitants face à l'impunité des commerces qui, aux abords des gares, vendent, entre le shampoing et les cornichons, des bouteilles d'alcool et ré...

Cet amendement vise à étendre le pouvoir du maire de sanctionner les dépôts sauvages en lui permettant en sa qualité d'officier de police judiciaire d'immobiliser en cas de flagrant délit les véhicules qui auraient été utilisés pour déposer des ordures sur la voie publique.

C'est presque le même amendement que le précédent et je m'étonne qu'ils n'aient pas été soumis à une discussion commune. Cela va me conduire à répéter un certain nombre d'arguments. Il faut reconnaître à la vidéoprotection force probante pour confondre les auteurs de dépôts sauvages parce qu'ils transforment nos territoires en dépotoirs. La fo...

Cet amendement soulève une question importante. Nous connaissons tous des conflits de domanialité dans nos villes, notamment avec les bailleurs sociaux. Il est difficile de faire enlever les ordures déposées dans des périmètres certes privés, mais souvent très visibles depuis la voie publique, de même qu'il est difficile de punir les auteurs de...

Il vise à ouvrir la possibilité aux parlementaires siégeant au sein du CNEN, le Conseil national d'évaluation des normes, d'y être élus comme vice-président ou président. Je l'affirme d'autant plus aisément que je ne fais pas partie de cette instance : les parlementaires, qui possèdent une expérience en tant qu'élus locaux et formulent, au sein...

Il tend au contraire à porter le délai de neuf à douze mois. J'ai cru comprendre, cependant, que je ne défendais pas la même ligne que les orateurs de mon groupe. Je vais donc retirer mon amendement. J'aimerais toutefois le défendre car il est l'un des rares, parmi les nombreux que j'ai déposés, à avoir été jugé recevable…

d'autant que deux amendements identiques vont ensuite être défendus. Dès lors que le pacte de gouvernance est facultatif, un délai supérieur à neuf mois laisserait la possibilité à des communes qui n'en auraient pas adopté un de revenir sur leur décision. Gardons-nous de désespérer les élus locaux ! La décision d'élaborer un pacte de gouvernan...