⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Sarah El Haïry pour ce dossier

7 interventions trouvées.

Monsieur le président, messieurs les ministres, monsieur le président de la commission, monsieur le rapporteur général, mes chers collègues, le débat d'orientation des finances publiques qui nous occupe aujourd'hui marque le coup d'envoi des travaux pour le budget 2019, que nous examinerons à l'automne. C'est une nouvelle étape sur le chemin du...

Après une année 2017 marquée par un retour sous les 3 % de déficit, pour la troisième fois seulement depuis 2002, grâce notamment à la vigueur de la croissance, qui atteint 2,2 %, l'année 2018 se caractérise par le passage d'une gestion budgétaire heurtée à une gestion marquée par la sincérité et la confiance. Sincérité, grâce à l'amélioration...

Il n'y a pas d'austérité dans un pays qui consacre 55 % de son PIB, soit 1 250 milliards d'euros, à la dépense publique.

Il n'y a pas d'austérité dans un pays dont la dépense publique représente près de 19 000 euros par habitant, 57 000 euros par an pour une famille avec un enfant. Nos concitoyens sont très attachés, à juste titre, à leurs services publics et, paradoxalement, parfois très critiques envers leurs administrations. Il est donc de notre responsabilit...

L'élargissement des compétences du Haut Conseil lui conférerait une indépendance accrue et permettrait ainsi une plus grande sincérité lors des discussions sur les textes budgétaires, au bénéfice de tous : Gouvernement, Parlement et citoyens. En conclusion, nous ne sommes qu'au début du chemin s'agissant de l'assainissement de nos comptes publ...

Quoi qu'il en soit, pour atteindre ces deux objectifs, il faut nécessairement maîtriser la dépense publique…

.. et transformer nos politiques publiques. Les 40 milliards d'euros consacrés chaque année à la charge de la dette ne seraient-ils pas mieux employés s'ils étaient alloués au soutien de nos concitoyens les plus fragiles, au financement de la dépendance ou encore à une transition écologique et solidaire ambitieuse ? Oui, messieurs les ministres...