⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Thierry Benoit pour ce dossier

11 interventions trouvées.

Nous abordons ce soir une proposition de loi importante, qui évoque les animaux et leur bien-être. Il est bon de rappeler qu'en 2015, les députés – dont je faisais partie – ont, par l'article 515-14 du code civil, fait reconnaître dans la loi que « les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité ». Je voudrais m'adresser à monsieur le ...

Emmanuel Macron a travaillé en ce sens en 2017, et il a été élu pour cela. Il souhaitait éviter la logique du bloc contre bloc, exigence que je pense avoir comprise depuis toujours car, en tant que centriste, depuis trente ans au niveau local, et depuis treize ans ici même, je me suis efforcé de chercher la vérité là où elle se trouve. Or elle ...

Ces éléments de contexte me font vous dire, cher Cédric Villani, que le climat dans lequel nous évoluons actuellement au sujet des animaux est à l'opposé – le contraste est énorme – de la dynamique qui avait été créée par les états généraux de l'alimentation, alors voulus par le Président de la République et animés par le ministre de l'agricult...

Ce dernier avait rassemblé l'ensemble des acteurs, et j'avais moi-même participé, ici à Paris, au lancement de ces états généraux. Après la présentation par le ministre de l'agriculture, la première personne à avoir pris la parole avait été Mme Audrey Pulvar, qui avait abordé le sujet du bien-être animal et de la manière dont il était pris en c...

Je voudrais aussi rappeler que le périmètre de votre texte, cher Cédric, était initialement très large. Il traitait à la fois des animaux sauvages vivant dans les cirques et dans les zoos, de ceux qui sont élevés pour leur fourrure, de la chasse à courre et de l'élevage. Il est question du bien-être animal, mais, à cette tribune, je voudrais év...

Je suis député d'une circonscription rurale où, hier soir, alors que je faisais un aller-retour entre l'Assemblée nationale et Fougères, dans ma circonscription, un éleveur de lapins m'a appelé vers vingt et une heures pour me dire son inquiétude. Au cours de nos échanges, je souhaite, cher Cédric, que nous ayons un débat aussi constructif qu'...

Cela peut faire partie de leur cahier des charges ; les débats que nous aurons ce soir doivent concourir à ce que les zoos fassent l'objet d'une attention particulière. Je voudrais dire un mot sur les chasseurs. Ils ne sont pas celles et ceux que l'on croit ; ce sont des vigies de l'environnement.

Je regrette aussi que votre proposition de loi n'aborde à aucun endroit la question de l'abattage rituel, ni celle des animaleries et des animaux qui y sont commercialisés dans des conditions difficiles.

Enfin, il faut ajouter que notre débat intervient dans un contexte où des animaux sont mutilés, et où les éleveurs, soucieux du bien-être de leurs animaux, passent une partie de leurs nuits à les surveiller.

Nous serons constructifs en défendant nos trois amendements, et nous veillerons, monsieur le rapporteur, à ce que vous portiez sur eux un regard bienveillant.

Il est en effet vingt-trois heures quarante, et M. Orphelin a semblé faire grief à certains députés d'avoir mené un débat approfondi sur un texte très important, lequel a d'ailleurs donné satisfaction aux auteurs de la proposition de loi.