⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.


Les amendements de Vincent Rolland pour ce dossier

6 interventions trouvées.

Les compétences de l'État dans les domaines de l'apprentissage et de la formation professionnelle – secteurs de responsabilité majeure des régions et désormais des branches professionnelles – se limitant essentiellement à la fixation des normes, il n'apparaît pas cohérent de faire de France compétences un établissement public de l'État. Aussi l...

Afin que la structure France compétences soit impartiale et efficace, cet amendement propose qu'aucun des collèges composant son conseil d'administration n'y détienne, à lui seul, la majorité des sièges. C'est la garantie d'une gestion équilibrée et multipartite.

Afin de répondre aux besoins spécifiques des travailleurs handicapés, nous proposons de confier une mission supplémentaire à France compétences, consistant à renforcer l'accès à la formation professionnelle et à l'apprentissage de ce public et à veiller au respect de l'accessibilité et du caractère adapté des formations proposées. Le présent a...

Cet amendement vise à garantir le quadripartisme au sein de France compétences afin d'éviter toute mainmise de l'État sur cet organisme. À cette fin, il prévoit qu'aucun des collèges qui le compose ne pourra être majoritaire au sein du conseil d'administration.

Afin de garantir la dimension véritablement quadripartite du conseil d'administration de France compétences, les deux amendements visent à assurer un équilibre dans la détermination du poste de président et des postes de vice-président du conseil entre les représentants des collèges de l'État, des régions, des organisations syndicales de salari...

Pour éviter toute mainmise de l'État sur France compétences, cet amendement prévoit que la nomination du directeur général par le ministre chargé de la formation professionnelle se fasse sur proposition du conseil d'administration.