⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Projet de loi de finances pour 2020 — Texte n° 2272

Amendement N° 1824C (Rejeté)

Publié le 5 novembre 2019 par : Mme Ménard.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Modifier ainsi les autorisations d'engagement et les crédits de paiement :

(en euros)
Programmes+-
Soutien des progrès de l'enseignement et de la recherche1 000 0000
Valorisation de la recherche01 000 000
Accélération de la modernisation des entreprises00
TOTAUX1 000 0001 000 000
SOLDE0

Exposé sommaire :

Transférer 1 000 000 euros du programme 422. Valorisation de la recherche, action 01. Intégration des SAAT, incubateurs et accélérateurs vers le programme 421. soutien des progrès de l'enseignement et de la recherche, action 01. nouveaux cursus à l'université.

Il s’agit d’un amendement d’appel.

Ce transfert est symbolique. Il est ainsi opéré parce que les amendements déposés dans les missions ministérielles ne permettent pas d’augmenter un budget sans opérer un transfert d’argent

Alors que Montpellier concentre à elle seule 78 % des étudiants, Béziers n’en accueille que 1,4 %. Par ailleurs, l’antenne décentralisée Du Guesclin de l’Université Paul Valéry (Montpellier III) à Béziers, après avoir été menacée de fermeture en 2014, n’en est toujours qu’à la moitié de sa capacité.

Alors qu’il serait possible de doubler la surface du site de l’université, seule une aile et demie du site a été construite alors que le bâtiment original était prévu en forme de U, toutes les demandes en ce sens sont restées lettre morte jusqu’à ce jour.

De même, l’IUT de Béziers, qui accueille 510 étudiants, est en capacité d’en accueillir près de 800 mais ne peut le faire, faute de crédits pour recruter des professeurs.

Pourtant, la demande de formation dans le Biterrois est croissante et notamment dans les secteurs liés au vin, à l’aide à la personne et aux métiers du tourisme. Alors que l’ouest du département est gravement touché par le chômage (19 % contre 14 % pour la France), plus de 8 000 offres d’emploi sont non pourvues dans le bassin d’emploi.

Cette action propose de nouveaux cursus à l'université, autant qu'il y en ait aussi à Béziers !

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion