⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commission
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.
Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Lutte contre les inégalités mondiales — Texte n° 3887

Amendement N° 337 (Tombe)

(6 amendements identiques : 51 119 121 350 421 522 )

Publié le 15 février 2021 par : Mme Mörch.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Texte de loi N° 3887

Article 1er A (consulter les débats)

À la première phrase de l'alinéa 1, après le mot :

« humains »,

insérer les mots :

« , en particulier des droits de l’enfant ».

Exposé sommaire :

La crise sanitaire et économique provoquée par la pandémie de la covid-19 a des répercussions dévastatrices pour les enfants et leur famille à travers le monde. Cette crise révèle et amplifie leur vulnérabilité. Des emplois disparaissent et les revenus baissent. Dans certains pays, l’État-providence n’est pas suffisamment développé et on estime à prés d’un demi-milliard le nombre de personnes supplémentaires dans le monde qui pourrait basculer dans la pauvreté. Outre les violences psychologiques et physiques liées à l’isolement, les enfants subissent directement l’incapacité de leur famille à subvenir à leurs besoins. D’après l’UNESCO, la fermeture des écoles entraîne une interruption de la scolarisation pour 87% de la population scolaire et étudiante mondiale. Cette vulnérabilité économique des familles et cette interruption de la scolarisation sont particulièrement préoccupantes puisqu’elles risquent notamment d’aggraver l’enrôlement des enfants dans des groupes armés et leur exploitation en les contraignant à travailler, mettant en péril leur santé, leur éducation et donc leur avenir.

Cette crise violente impose en conséquence un engagement fort de l’État français en faveur des droits de l’enfant à travers sa politique de développement solidaire et de lutte contre les inégalités mondiales. C’est pourquoi lors de l’examen de ce projet de loi, les droits de l’enfant et l’enfance ont été érigés en priorité par la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale . Ainsi il semble cohérent d’ajouter la formule adoptée pour le cadre de partenariat global à l’alinéa 10 et pour la suite du texte : « la promotion des droits humains, en particulier des droits de l’enfant ».

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cet amendement.

Inscription
ou
Connexion