24 janvier 2019

Proposition de résolution N° 1553

en application de Article 34-1 de la Constitution invitant le Gouvernement à proposer un moratoire international interdisant la modification génomique

écrite par Marie-France Lorho
Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de Wikipedia 

Extrait

Mesdames, Messieurs, L'édition génomique est une technique visant à modifier l'ADN d'un être vivant aux premiers stades de son existence.

Si les modifications portées sur l'enfant à naître visent en premier chef ce dernier, elles se reportent néanmoins également sur sa descendance, affectant plusieurs générations.

Pour l'heure, la création d'un embryon génétiquement modifié, notamment dans le but d'induire une grossesse, est « interdite et illégale en France », ainsi que le rappelait le Professeur Hervé Chneiweiss, président du Comité d'éthique de l'Inserm(1). Néanmoins, malgré des interdictions à travers le monde, cette technique semble se déployer et l'idée éventuelle de son recours gagner du terrain.

Depuis quelques années, la méthode dite « CRISPR-Cas 9 », méthode de génie génétique capable de cibler et de couper l'ADN pour modifier un gène - soit un morceau d'ADN(2), est de plus en plus visible.

I. L'édition génomique : une technique intolér...

Consulter le document complet sur le site de l'Assemblée

(version pdf)

Aucun commentaire n'a encore été formulé sur cette proposition de résolution.

Inscription
ou
Connexion