⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "hospitalier"

20 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMathilde Panot :

... les soignants et les patients, la ministre du septième pays le plus riche au monde qui ne respecte même pas l'accès et le droit à la santé pour tous, la ministre de la marchandisation de la santé qui tue à petit feu l'hôpital public. Votre politique de santé se résume à une saignée : 600 millions d'euros d'économies sont imposés à l'hôpital public cette année encore, alors que le service public hospitalier a déjà dû supporter dans la souffrance 8 milliards d'économies en dix ans. Mais, depuis le XVIIIe siècle, on sait que la saignée fait mourir ! Les hospitaliers vous demandent simplement de pouvoir soigner dignement. La santé est un bien commun. Où sont les lits, les embauches et les moyens ?

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

Madame la ministre, fin janvier, 1 200 médecins menaçaient de démissionner. Cette semaine, le mouvement se poursuit, à Rennes, Marseille, Paris, Caen et j'en passe. Plus de 300 praticiens hospitaliers ont quitté leurs fonctions administratives et d'encadrement ! Ils rejoignent ainsi les milliers de personnels hospitaliers qui défilaient dans les rues à la mi-novembre. Que réclament-ils ? Un budget hospitalier qui suive l'évolution naturelle des dépenses de santé, des réouvertures de lits et l'embauche de personnels. Quand les entendrez-vous ? Les infirmiers en bloc opératoire, les infirmiers...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaÉric Coquerel :

...ptembre 2019, vous avez déclaré que vous proposiez une solution de fond au problème des urgences. Le 26 novembre, vous avez affirmé que la réforme présentée l'année dernière, « ma santé 2022 », allait dans le bon sens. Les citations de ce genre sont nombreuses, car vous avez beaucoup déclaré. Pourtant, dix mois après les premières grèves dans les services d'urgence, plus de 1 100 chefs de service hospitaliers vous remettent leur démission de leurs fonctions administratives, malgré la présentation de votre plan d'urgence, Madame la ministre, vos contradictions vont ont menée dans une impasse. Si vous avez beaucoup déclaré, en effet, vous avez oublié d'écouter. Vous n'écoutez pas ce directeur du SAMU de Seine-Saint-Denis vous dire que l'hôpital public est en train de s'écrouler, qu'après trente ans d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat :

... France l'a fait aussi dans de nombreuses publications. Surtout, les fermetures de lit se poursuivent, tout comme les fermetures d'hôpitaux ou de maternités. Certes, le reste à charge zéro est une avancée pour bon nombre de nos concitoyens mais cela ne suffira pas à résoudre le problème des soins dans nos hôpitaux. Concernant les primes accordées aux aides-soignants, vous vous occupez du public hospitalier mais vous oubliez les aides-soignants de la fonction publique territoriale. Et il me semble aussi que l'État pourrait aider les aides-soignants du secteur privé non lucratif à en bénéficier. La formation pour devenir assistant en gérontologie était prévue pour durer deux mois. Il ne faudrait pas la réduire à deux journées car elle est importante ! Le collectif Inter-Hôpitaux, le printemps de la...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain Bruneel :

Le 28 janvier dernier, ici même, dans le cadre d'une séance de questions orales sans débat, j'ai alerté le ministère des solidarités et de la santé sur la situation des agents des services de sécurité incendie des hôpitaux. J'ai expliqué que leurs missions étaient de plus en plus dévoyées et que, du fait de la pénurie de personnel dans les différents services hospitaliers, ces agents ultra-polyvalents étaient devenus de véritables couteaux suisses du fonctionnement général de l'hôpital. Lors de cette séance, je souhaitais connaître la position du ministère sur l'éventuelle reconnaissance statutaire et salariale de ces agents. Mme la secrétaire d'État ne m'a pas répondu clairement : selon elle, pour que le travail de ces agents soit recentré, la solution se trouv...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

Un fort mouvement social se développe dans le pays sur la question des retraites alors même que se poursuit la mobilisation du personnel hospitalier, dont la préoccupation reste très vive. Les médecins se sont également fait entendre : récemment, 1 200 d'entre eux ont démissionné de leurs fonctions administratives. La crise de l'hôpital continue. Ce qui me préoccupe le plus, c'est la première revendication exprimée par les personnels, qui est d'avoir des collègues supplémentaires, d'être plus nombreux à travailler. Elle appelle, à mon avis, ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAudrey Dufeu :

La grève initiée dans les services d'urgence en mars 2019 s'est progressivement étendue aux autres services hospitaliers, avec des revendications transversales : revalorisations salariales, hausse des effectifs, réouverture de lits, amélioration des conditions et de l'organisation du travail. Je tiens à souligner l'effort sans précédent fait pour l'hôpital, grâce au pacte de refondation des urgences et au plan « investir pour l'hôpital ». Merci : vous avez su entendre les professionnels sur les conditions diffici...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMireille Robert :

...ouragement de ceux qui les exercent. Être infirmier ou aide-soignant ne fait plus rêver les jeunes. Ceux qui ont embrassé cette carrière se détournent de plus en plus souvent de la pratique hospitalière, après quelques années de surcharge de travail et d'épuisement psychologique. À ces difficultés quotidiennes s'ajoute le manque de valorisation des métiers d'infirmier, d'aide-soignant ou d'agent hospitalier. La rémunération n'est d'ailleurs pas le seul facteur en cause : le manque de considération et l'absence de possibilité d'évolution de carrière pèsent tout aussi lourd. Cette détresse, qui ne laisse pas d'interroger, doit peser dans la réforme de l'hôpital. Comment redonner envie aux jeunes de choisir les métiers de soignants ? Comment valoriser ces métiers et les rendre attractifs ? Quelle évol...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaTyphanie Degois :

Madame la ministre, alors que le personnel hospitalier de la Savoie est mobilisé depuis le printemps dernier pour réclamer de meilleures conditions de travail, je souhaiterais vous interroger sur les mesures prises en faveur des services de médecine d'urgence, tout en vous alertant sur la nécessité de renforcer les effectifs dans ce département, qui accueille de nombreux touristes en cette période de l'année. En effet, alors que, cet hiver, la popul...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMartial Saddier :

...es dans le secteur de la santé du fait d'un code du travail différent ou de salaires très attractifs dans les pays voisins : voilà autant de caractéristiques qui existent en Île-de-France mais qui se retrouvent également à Lyon, à Grenoble, à Bordeaux, en Alsace, à Toulouse, à Nice, à Rennes et à Lille, ou encore en Haute-Savoie, en raison de la proximité de Genève. Comme vous le savez, le centre hospitalier AlpesLéman, situé à Contamine-sur-Arve, mais également les hôpitaux de Thonon-les-Bains, Sallanches ou Annecy, font face à de grandes difficultés de recrutement. Ces difficultés ne touchent pas que le secteur hospitalier, mais bien l'ensemble du parcours de soins. Certes, une prime grand âge de 118 euros bruts mensuels vient d'être instaurée pour les aides-soignants des EHPAD et des services gér...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaEmmanuelle Anthoine :

Madame la ministre, les personnels hospitaliers sont en souffrance. C'est devenu une évidence pour l'opinion publique, qui a découvert leurs difficultés à la lumière de la grève qui dure depuis le printemps dernier. En dépit de leur passion pour soigner les autres, l'écoeurement des personnels hospitaliers le dispute à l'épuisement. C'est ce que je constate depuis de nombreux mois dans les hôpitaux Drôme Nord et à l'hôpital de Valence : cade...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLaurence Trastour-Isnart :

L'hôpital public est en crise. Dans les Alpes-Maritimes, le personnel que j'ai reçu à ma permanence m'a fait part de son angoisse, de sa colère et de sa détresse. Les médecins démissionnent, les internes sont épuisés ; les infirmières, les sages-femmes, les aides-soignantes, les brancardiers, les agents de service hospitalier travaillent dans des conditions inadmissibles. Ils ont toujours plus de patients à soigner et de moins en moins de temps à leur consacrer. Le symptôme est profond, il remonte à plusieurs années. L'hôpital public manque cruellement d'organisation, de moyens et de personnel. Hélas, les mesures du plan d'urgence que vous avez annoncé en novembre sont insuffisantes et ne résolvent pas la crise. On n...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCyrille Isaac-Sibille :

... la ministre, permettez-moi de vous poser une question que j'avais déjà formulée il y a quelques semaines lors d'une séance de questions au Gouvernement. Le malaise dans les hôpitaux est grand, et dû à de nombreuses causes. Vous avez répondu aux causes matérielles : vous êtes la ministre qui a apporté une reconnaissance salariale, grâce à l'octroi de primes spécifiques, qui a augmenté les tarifs hospitaliers, qui a donné une enveloppe pour les investissements du quotidien et qui a réduit la dette des hôpitaux. Le malaise est aussi lié à des causes organisationnelles. À ce sujet, vous nous avez proposé l'année dernière une loi particulièrement intéressante. J'en profite pour vous remercier de votre appui concernant la proposition de loi que j'ai déposée au sujet des points d'accueil pour soins imméd...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMichèle de Vaucouleurs :

Madame la ministre, une lettre de démission collective vous a été adressée le 14 janvier dernier. Signée par 1 120 médecins hospitaliers, dont 600 chefs de service, cette lettre sonne comme un avertissement : le dévouement sans faille de notre personnel hospitalier est tel que la démission ne peut arriver qu'en dernier recours – un recours malheureux. Notre hôpital souffre et suscite de moins en moins de vocations. Une hémorragie de soignants n'est donc pas souhaitable. Afin de l'éviter, le Gouvernement a présenté en novembre de...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristine Pires Beaune :

...nnels de santé pour déterminer si vos mesures sont ou non à la hauteur de la crise ? La contestation et la colère ne s'essoufflent pas. De nombreux hôpitaux connaissent des grèves depuis de longs mois. Fait inédit, le désarroi concerne l'ensemble des personnels de santé, des aides-soignants aux chefs de service. Le mois dernier, ce sont 1 200 d'entre eux qui ont démissionné. Avant-hier, au centre hospitalier universitaire de Clermont-Ferrand, vingt-et-un chefs de service ont remis leur démission. Hier, les agents de l'EHPAD Pasteur, à Riom, ont déposé un préavis de grève. Les entendez-vous ? Croyez-vous qu'ils démissionnent ou se mettent en grève par gaieté de coeur ? L'hôpital public a besoin d'oxygène. Le plan « ma santé 2022 » n'avait pour but que d'acheter la paix sociale. Le nombre de postes va...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaChristophe Naegelen :

Le ras-le-bol des personnels hospitaliers est criant. Ces dernières semaines de mouvement social dans les hôpitaux nous rappellent, s'il en était besoin, que la crise de l'hôpital est systémique et gravissime. On demande aux personnels hospitaliers de faire plus avec moins de moyens, et cela les place sous une pression insoutenable, qui se répercute forcément sur les patients et la qualité des soins. À ce manque de moyens s'ajoute un ma...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaThierry Benoit :

...ns et aux personnels soignants. Je suis convaincu que vous utilisez là une expression pertinente, et surtout que vous faites preuve de bonne volonté. Redonner du temps médical aux professionnels de santé, c'est les ramener à leur coeur de métier. Lorsqu'on prend le temps, comme le font beaucoup d'élus, de rencontrer ces professionnels, qu'ils soient médecins, infirmiers, aides-soignants ou agents hospitaliers, on voit qu'ils sont accaparés par les questions administratives – vous l'avez souligné vous-même, ainsi que plusieurs parlementaires. Il y a dix ans, la loi portant réforme de l'hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a consacré les agences régionales de santé, à côté desquelles on trouve l'inspection générale des affaires sociales et toute une organisation administrati...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJeanine Dubié :

... service public se battent tous les jours pour garantir l'accès à la santé de tous les Français, leur investissement ainsi que la pénibilité de leurs conditions de travail ne sont pas reconnus à leur juste valeur. Madame la ministre, vous avez apporté des réponses en octroyant différentes primes : cela a été un premier pas dans la bonne direction, nous ne pouvons pas le nier. Mais les personnels hospitaliers de l'ensemble du territoire ne méritent-ils pas une revalorisation salariale ? En décembre, vous annonciez également 150 millions d'euros sur trois ans pour l'investissement courant des hôpitaux publics. De même, l'ARS Occitanie a débloqué une enveloppe de 19 millions d'euros pour permettre à soixante-treize hôpitaux de la région d'acheter du matériel ou d'effectuer des travaux de modernisation...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPaul Molac :

...ame la ministre, l'hôpital public va mal, les personnels sont en souffrance et depuis plus d'un an ils sont engagés dans un certain nombre d'actions revendicatives, ce qui inquiète évidemment les élus que nous sommes. Je voudrais vous interroger plus particulièrement sur les difficultés financières des établissements publics de santé, notamment dans le Morbihan. L'hôpital à la tête du groupement hospitalier Brocéliande Atlantique a un déficit attendu de 8 millions d'euros malgré une activité en hausse – de 4 % en chirurgie et de 7 % en consultation externe par exemple. Le déficit attendu de l'hôpital de Ploërmel est de 2 millions, malgré là encore une activité soutenue. Des investissements sont prévus pour la reconstruction de l'hôpital de Josselin et l'installation d'un IRM à Ploërmel. Il faut not...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaLudovic Pajot :

Madame la ministre, l'hôpital public est en crise. Cette crise n'est certes pas nouvelle, mais elle ne cesse de s'aggraver. Depuis près d'un an, le personnel hospitalier fait entendre sa voix pour dénoncer les conditions de travail auxquelles il est confronté. D'abord partie des services d'urgence, la mobilisation a progressivement gagné l'ensemble des services hospitaliers. Il y a quelques jours, pas moins de 1 100 médecins hospitaliers ont menacé de démissionner de leurs fonctions : du jamais vu ! Déjà profondément désorganisée depuis la réforme du temps de tr...