⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "étrangère"

9 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Reitzer, rapporteur de la commission des affaires étrangères :

...ratoires évidentes. Les accords de partenariat et de coopération ne sont rien de tout cela, et celui que nous examinons comprend principalement des déclarations de principe : les unes autour du partage des valeurs de la démocratie, des droits de l'homme, de l'économie de marché et du développement durable ; les autres, en vue de l'établissement de coopérations bilatérales en matière de politique étrangère et dans un grand nombre de domaines économiques. Des engagements un peu plus précis concernent le commerce ou l'accès au marché, mais il s'agit pour l'essentiel de la reprise d'engagements pris par le Kazakhstan au moment de son entrée dans l'Organisation mondiale du commerce, en 2015. De toute façon, le Kazakhstan ayant adhéré à l'Union économique eurasiatique, il ne peut pas passer avec l'Union...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Luc Reitzer, rapporteur de la commission des affaires étrangères :

...ts partagés de ses signataires dans le domaine économique mais aussi dans le domaine politique, car l'Asie centrale ne peut pas être abandonnée aux seules influences de la Russie et de la Chine. L'accord a déjà été ratifié par une majorité d'États membres de l'Union européenne, dix-sept pour être précis. Le présent projet de loi permettra sa ratification par la France. La commission des affaires étrangères l'a adopté, et son rapporteur M. Teissier, à qui votre serviteur vient de prêter sa voix, vous invite à faire de même.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Lecoq :

...ent, la Chine avance plus vite que l'Union européenne dans cet État : depuis quelques années, un grand nombre d'entreprises chinoises ont pris des participations voire ont acheté – elles commencent à en avoir l'habitude – des entreprises kazakhes dans le domaine pétrogazier. L'ouverture aux investissements chinois, américains et européens permet au président Nazarbaïev de maîtriser une politique étrangère dite « multivectorielle », comme vous l'avez indiqué, monsieur le secrétaire d'État. Celle-ci consiste à attirer les capitaux étrangers en s'ouvrant à tout le monde simultanément, si bien que l'État satisfait les demandes des grandes puissances tout en obtenant peu à peu son indépendance vis-à-vis de la tutelle russe – la diplomatie kazakhe est équilibriste. Pour cela, ce pays de 10 millions d'ha...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Cabaré :

C'est à la demande du Kazakhstan que l'Union européenne a accepté, en 2010, de négocier un accord de coopération et de partenariat renforcé, en remplacement du précédent accord, qui datait de 1995. Lors de la réunion du conseil des ministres du 30 août dernier, Jean-Yves Le Drian, ministre de l'Europe et des affaires étrangères, a rappelé que ce nouvel accord constitue une avancée majeure dans le renforcement de l'engagement économique et politique de l'Union européenne en Asie centrale. L'Union européenne a signé l'accord en deux temps : d'abord le 16 novembre 2015 à Bruxelles ; puis le 21 décembre 2015 à Astana, capitale du pays. De son côté, le Kazakhstan a signé l'accord le 25 mars 2016 et la loi de ratification a ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Cabaré :

...vons accompagner cette démocratisation. Le pays, majoritairement musulman, offre une liberté religieuse totale et a instauré un conseil des religions, au sein duquel les différents cultes entretiennent des relations régulières. Le président Nazarbaïev prône aussi le multiculturalisme. Il est nécessaire de renforcer la coopération en matière de dialogue politique, notamment à travers la politique étrangère et de sécurité. La prévention des conflits et la stabilité régionale sont des enjeux majeurs. Par ailleurs, le Kazakhstan est devenu un médiateur important dans le règlement du dossier nucléaire iranien et a manifesté, à plusieurs reprises, sa volonté d'organiser des pourparlers visant à résoudre la situation dans le Donbass. En ce moment, Astana, qui a reçu, en 1999, le prix Villes pour la paix...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBruno Fuchs, rapporteur de la commission des affaires étrangères :

...nion européenne montre qu'elle continue de considérer cette région d'Asie comme stratégique. Nous ne pouvons que nous en féliciter. J'en viens maintenant à mon second point : il ne faut pas non plus surestimer le poids de cet accord. Comme l'a montré notre collègue Guy Teissier, par la voix de Jean-Luc Reitzer ici-même, ainsi que dans le rapport qu'il a présenté devant la commission des affaires étrangères, il s'agit d'un accord au contenu classique et souvent peu contraignant, qui permet toutefois d'améliorer sensiblement la qualité de nos échanges. Sur le plan commercial, il reprend globalement les instructions en faveur d'une plus grande libéralisation et d'une meilleure équité des échanges énoncées par l'Organisation mondiale du commerce, dont le Kazakhstan est membre depuis 2015. Il fournit ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMireille Clapot :

Madame la présidente, monsieur le secrétaire d'État, madame la présidente de la commission, monsieur le rapporteur suppléant, depuis le renouvellement de notre assemblée, en juin dernier, la commission des affaires étrangères a entamé un important travail afin de rattraper le retard accumulé en matière d'autorisation de ratification de traités et de conventions. En effet, pour diverses raisons, sur lesquelles je ne reviendrai pas, nombre de ces ratifications n'ont jamais reçu l'approbation du Parlement. Aujourd'hui, ce sont ainsi huit textes que nous examinons, après avoir autorisé la ratification de quatre autres en...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMireille Clapot :

Nous ne nions évidemment pas qu'il reste encore à cette jeune république, née à l'aube des années 1990 avec la chute de l'Union soviétique, un chemin important à parcourir dans ces domaines. Elle partage cela avec d'autres pays avec lesquels nous avons signé des accords de même nature. J'ai moi-même soulevé, lors de l'examen du texte en commission des affaires étrangères, plusieurs questions qui me paraissent sensibles. Nous allons nous y arrêter un instant, afin que vous puissiez voir que, d'un même constat, on peut tirer des conclusions différentes. Ainsi, la question des travailleurs migrants reste en suspens, car le Kazakhstan, qui en compte un grand nombre, venus des pays voisins, n'a pas ratifié la Convention internationale sur la protection des droits de...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaMireille Clapot :

Non : chiche. Je tiens toutefois à souligner que cet accord est un acte qui s'inscrit dans ce qui fait la grandeur de la politique étrangère de la France : nous parlons à tout le monde. C'est actuellement le cas au Moyen-Orient, où le Président de la République joue un rôle de médiateur important dans la résolution des différentes crises, qu'il s'agisse du Liban ou de la sauvegarde de l'accord sur le nucléaire iranien. Nous ne partageons évidemment pas les mêmes choix politiques ou à propos des droits de l'homme, auxquels je viens de...