⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "journée"

3 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville, rapporteur de la commission des affaires sociales :

Je vous encourage à ne pas faire de cette journée une journée du dédain, de la procrastination – ce sera le 25 mars – , du « oui mais non », du bottage en touche, du « j'voudrais bien mais j'peux point » car je sais que nombre d'entre nous savent ces mesures nécessaires. Nous sommes ici pour faire la loi, c'est notre rôle en commun. Nous n'avons, pour la faire, à attendre l'autorisation de personne. Rares, trop rares, sont les espaces que la rep...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAnnie Vidal :

...fforts et renoncements, le plus souvent au détriment de leur vie privée. Il nous faut donc aussi les accompagner dans cette situation. Mieux accompagner les aidants familiaux, c'est non seulement les aider à sortir de leur isolement face à leurs nombreuses obligations, mais aussi les conforter et les rassurer dans la prise en charge de l'aidé. Là encore, il y a beaucoup à faire. Enfin, en cette journée internationale des droits des femmes, je ne peux m'empêcher de rappeler ce chiffre : 58 % des aidants familiaux sont des femmes – des femmes qui prennent du temps sur leur vie privée pour s'occuper de leur proche. Je veux aujourd'hui leur rendre hommage. Dès lors que nous acceptons ces quelques constats, nous devons nous donner le temps d'élargir la réflexion amorcée par M. Dharréville. La recon...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain Ramadier :

...du travail pour financer un dispositif qui ne peut que monter en puissance à moyen terme. Sans doute serait-il plus efficace de réfléchir à un aménagement de la contribution de solidarité pour l'autonomie. Cette contribution de 0,3 %, à la charge de l'employeur et affectée à la CNSA pour financer des actions en faveur de l'autonomie des personnes âgées ou handicapées, est due dans le cadre de la journée de solidarité instaurée par Jean-Pierre Raffarin en 2004. En écho à cette mesure, pourquoi ne pas réfléchir à de nouvelles pistes comme l'instauration d'une deuxième journée ou d'une demi-journée de solidarité pour les aidants ? La crise des EHPAD et les difficultés financières rencontrées par l'ensemble du secteur médico-social agissent comme un appel à réfléchir à la création de nouvelles resso...