⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
ne peuvent plus être intégrés depuis avril 2020 ni ceux d'hémicycle depuis avril 2021. Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation. Par ailleurs depuis la pandémie, l'Assemblée ne publie plus les présences aux réunions de commissions.

Interventions sur "maladie"

9 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCaroline Fiat, rapporteure de la commission des affaires sociales :

...en deçà puisque nous n'atteignons que 1 point. Ces droits ne peuvent être ni suspendus, ni retirés : ce n'est pas parce que vous devenez âgé que vous perdez vos droits. Ils sont interdépendants et indissociables. De votre plus jeune âge à vos derniers jours personne ne pourra vous contraindre à la maltraitance institutionnelle. Ils sont universels : chacun y a droit – personne âgée atteinte de maladie neurodégénérative, personne âgée en fin de vie, personne âgée sans domicile fixe, personne âgée avec peu de revenus, personne âgée tout simplement. Comme vous le constatez, madame la ministre, étant limitée par le temps, je n'ai pu revenir que sur la norme minimale. Je n'ai pas pu vous parler de la tarification, de l'accès en EHPAD pour toutes les personnes concernées par l'aide sociale et, héla...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaPierre Dharréville :

...out cela coûte cher, disent certains. Qui irait tenir de tels propos à son père ou à sa mère : « Prendre soin de toi coûte cher » ? Voilà pourquoi tout cela est insupportable. On ne remédiera pas à la maltraitance institutionnelle par un plan, mais par des moyens réels, et peut-être par des normes. À cet égard, le vote chaque année par l'Assemblée d'un « objectif national des dépenses d'assurance maladie » – ONDAM – qui compresse l'ensemble des dépenses de santé, y compris celles dont nous parlons, est un véritable problème auquel il faut s'attaquer. Oui, prendre soin représente un investissement. Les moyens existent. Mais la volonté politique est-elle là ? Aujourd'hui, le reste à charge pour les familles est imposant : 1 949 euros par mois en moyenne. Nombre de familles ne peuvent pas se permet...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAudrey Dufeu :

...e qu'associée à des valeurs sociales, progressistes, mais aussi profondément humanistes. Apporter une attention particulière aux plus vulnérables est un combat digne, citoyen et rassembleur. La manière dont nous considérons nos aînés reflète notre perception de notre propre humanité. L'avancée en âge ne doit pas être seulement considérée comme une charge pour notre société, encore moins comme une maladie. Le vieillissement est universel ; il peut aller de pair avec une longévité heureuse, mais aussi avec la dépendance. Le vieillissement traverse toutes les classes sociales. La réponse se doit donc d'être collective et républicaine. Le fait de mettre en perspective le vieillissement au moment où seuls sa précarité et son coût occupent tous les espaces médiatiques nous fournit l'occasion de nous i...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaIsabelle Valentin :

… créer des établissements entièrement dédiés à la maladie d'Alzheimer ; augmenter le nombre de places d'hébergements temporaires et d'accueil de jour. Ce sont des mesures de bon sens. Vous nous avez également parlé d'EHPAD « hors murs », ce qui peut correspondre à un certain public. Toutefois, les EHPAD devraient être avant tout des lieux de vie. Les animations y sont essentielles, pour les résidents, les personnels et les familles. Je n'ai pas vu de p...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCyrille Isaac-Sibille :

...es sociales, par Pierre Dharréville ainsi que par Agnès Firmin Le Bodo et Charlotte Lecocq, lors de l'évaluation de la loi de 2015 relative à l'adaptation de la société au vieillissement. Alors que le nombre d'aidants a vocation à augmenter, en lien avec l'accroissement du nombre de personnes en situation de dépendance dû au vieillissement de la population française ainsi qu'à l'augmentation des maladies chroniques, nous devons sans attendre prendre des mesures ambitieuses et novatrices, comme il est proposé dans le rapport. Pour reprendre le terme de Monique Iborra, chers collègues, il nous faut de l'audace ! Il s'agit d'un engagement du Président de la République et de l'un des axes de travail de la ministre des solidarités et de la santé, que nous soutenons sans réserve. Madame la ministre, ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaCharlotte Parmentier-Lecocq :

Madame la ministre, l'allongement de la durée de vie va avoir pour effet d'augmenter le nombre de personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer ou d'autres formes de démence. Le rapport de Monique Iborra et Caroline Fiat indique que l'arrivée de plus en plus fréquente de ces personnes en EHPAD est liée au fait que le maintien à domicile n'est plus possible. Les rapporteures préconisent des solutions spécifiques au sein d'établissements dédiés. De nouvelles solutions d'hébergement émergent, inspirées de nos amis québécois ou ...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaAlain Ramadier :

...es et les personnels soignants a trait à la qualité : qualité de vie, qualité des soins prodigués, qualité des conditions de travail au quotidien. Cette notion de qualité est notamment essentielle à l'attractivité des métiers du secteur médico-social en EHPAD, métiers en souffrance aujourd'hui. En effet, de plus en plus d'établissements peinent à recruter des aides-soignants et, selon l'assurance maladie, les taux d'accidents au travail et de maladies professionnelles sont en hausse, ce qui s'explique en particulier par des douleurs lombaires. Le taux d'absentéisme, de 10 % en moyenne, est également préoccupant et entraîne de la fatigue supplémentaire pour les soignants en poste, qui ont l'impression de fonctionner comme à l'usine. Face à un tel constat, il nous faut travailler sur les niveaux d...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaBrahim Hammouche :

...être relevé. En effet, si les plus de soixante ans sont actuellement 15 millions, ils seront 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060 compte tenu d'un allongement significatif de l'espérance de vie – et, espérons-le, une espérance de vie réussie et en pleine santé. D'autre part, 1,2 millions de personnes de plus de soixante ans se trouvent aujourd'hui en situation de dépendance, et les maladies neurodégénératives, de type Alzheimer ou Parkinson, sont de plus en plus fréquentes. Ce vieillissement progressif de la population française, concomitant de l'augmentation des maladies chroniques, conduira dans les prochaines années à un accroissement inexorable et continu des situations de perte d'autonomie. Il est donc essentiel de repenser le financement de la dépendance : il en va de la su...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJoël Aviragnet :

...tio de soignants, ce qui représente 140 000 recrutements et 7 milliards d'euros. Puisqu'il est tard, allons à l'essentiel. Ma première question est simple : envisagez-vous, madame la ministre, de revoir vos choix budgétaires et d'intégrer cette dépense indispensable pour nos personnes âgées ? Il est aussi proposé de procéder à une consultation à domicile gratuite, prise en charge par l'assurance maladie, à l'âge de soixante-cinq ans puis de soixante-dix ans, afin d'évaluer l'état de santé et de dépendance de nos concitoyens. Madame la ministre, vous qui êtes comme moi attachée à la prévention en matière de santé, pouvez-vous nous dire si nous disposons d'un chiffrage pour une telle mesure ? Envisagez d'intégrer cette dépense au budget de la sécurité sociale pour l'année 2019 ? Enfin, la proposi...