⚠️ Attention : du fait de profonds changements sur le site de l'Assemblée, les compte-rendus des commissions
depuis avril 2020, et les propositions de loi et rapports depuis janvier 2020 ne peuvent plus être intégrés.
Notre équipe de bénévoles travaille à trouver des palliatifs à cette situation.

Interventions sur "jeunesse"

2 interventions trouvées.

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Dufrègne :

...ravail, de la sécurité sociale. Rien de moins. L'allégement de la fiscalité sur les revenus des actions, obligations et autres titres financiers entraîne 1,6 milliard d'euros de baisse d'impôts. C'est une véritable offrande aux plus aisés, qui sont, de très loin, les principaux détenteurs de ces titres financiers. Cela correspond à l'addition des moyens consacrés à la protection judiciaire de la jeunesse – 800 millions d'euros – , au budget de l'INSEE – 400 millions d'euros – et à la justice administrative – 400 millions d'euros également. Notons que la mise en oeuvre du prélèvement forfaitaire unique a coûté 300 millions de plus que prévu. Nous aimerions avoir des explications de la part du Gouvernement sur cette flambée de l'ordre de 23 %. Peut-être la Cour des comptes pourrait-elle nous éclai...

Photo issue du site de l'Assemblée nationale ou de WikipediaJean-Paul Dufrègne :

...u ou prou, le budget consacré à l'outre-mer. En définitive, en plus d'avoir aggravé les déficits, les mesures destinées aux plus aisés et au secteur marchand ont eu pour effet très concret de nous priver des moyens équivalents aux crédits alloués aux prisons, à la justice dans son ensemble, qu'il s'agisse de la justice administrative, de la justice judiciaire et de la protection judiciaire de la jeunesse, à l'outre-mer, à l'asile et à l'immigration et à l'INSEE. C'est absolument hors du commun. L'État a accordé aux plus aisés et aux grands groupes l'équivalent des crédits alloués à toutes ces missions de service public ! Tout cela pour un petit nombre ; tout cela pour une sombre histoire de ruissellement à laquelle personne ne croit, à l'exception de ces fameux prédicateurs libéraux que j'évoquai...